Une Anguille dans le poulailler

Bonjour à tous! Je ne vais pas noyer le poisson (ou plutôt l’anguille) pendant des heures, vous allez devoir affronter un choc émotionnel intense… Ce n’est pas le Coq d’Osaka qui vous parle! Ce blog est momentanément passé sous le contrôle d’une autre créature animalière tout aussi charmante: l’anguille. Rien de plus normal dans la mesure où ce dernier a lui même pris le contrôle de mon blog, quelle honte! Vous l’aurez compris il s’agit donc d’un article croisé entre deux blogueurs influents de ce monde, rédigé à l’occasion de la rencontre de ces deux êtres exceptionnels en plein cœur d’Ôsaka, dans le quartier de Dôtonbori. En réalité 3 êtres exceptionnels, puisque Sakura était également présente.

Je vais me présenter rapidement avant d’en venir au cœur du sujet, peut-être certains d’entre vous me connaissent déjà, je suis rédacteur d’un autre blog sur le Japon www.unagidesu.com. Quand je parlais de blogueur influent, c’était bien évidemment ironique dans la mesure où mon blog est plutôt peu fréquenté. Peu fréquenté, certes, mais fréquenté par des gens de qualité ^^ Dans la vraie vie, je suis un parisien de 27 ans, passionné par le Japon, et qui effectue régulièrement des voyages dans ce beau pays. Et à l’occasion de mon dernier voyage justement, j’avais planifié 2 nuits à Ôsaka, Ondori m’a alors gentiment proposé de passer une soirée ensemble. J’avais envie de voir Dôtonbori de nuit, et c’est donc dans ce quartier que l’on s’est retrouvé. Je vous conseille d’ailleurs de consulter son article sur cette page.

Rendez-vous était donné à 18h. J’arrivais tout juste de Shimono-seki (une ville à l’extrémité ouest de Honshū où il n’y a pas grand chose à voir), et après avoir galéré un peu dans la gigantesque station souterraine de Namba, j’ai pu finalement atteindre mon hôtel. Il me restait alors une heure à perdre et j’ai donc décidé de me balader un peu dans le quartier de Dôtonbori, avant le rendez-vous.

Le quartier de Dôtonbori, pour faire simple, c’est un quartier très animé avec des enseignes lumineuses de partout, et des magasins et restaurants à chaque recoin. D’où l’intérêt d’y aller un samedi soir, pour bien ressentir l’ambiance du lieu. C’était par le passé un quartier de plaisir, également célèbre pour ses théâtres (il en reste aujourd’hui plus qu’un en activité).

Un restaurant spécialisé dans le kani (crabe). En principe les pattes de ce crabe géant sont animées, mais elles sont immobiles en ce moment, pour des raisons d’économie d’énergie me dit-on.

Par curiosité, je rentre dans une salle de jeux comme il en existe des centaines au Japon, et prends le cliché de cette superbe machine qui permet de perdre de l’argent de manière ludique.

Le temps de passer devant un immeuble qui retient étrangement mon attention, et je me dirige finalement vers le point de rendez-vous.

Le point de rendez-vous était donné sur un des ponts qui enjambe le canal, et qui est le centre névralgique de quartier, et donc très très peuplé. Un choix très judicieux donc dans la mesure où je n’avais pas de téléphone portable… Je plaisante, avec mon mètre 90, mon look improbable avec blouson de ski, et ma tête de français, il n’était pas trop dur de me reconnaître ^^ Nous nous retrouvons donc, et faisons connaissance, puis nous nous mettons en marche pour déambuler un peu dans ce quartier.

Voici donc la vue depuis le pont, où l’on peut remarquer un genre de grande roue qui n’est plus en fonctionnement.

Les enseignes lumineuses sont légions. Et bien sur tout cela est animé, clignote dans tous les sens, etc.

La plus célèbre reste celle du coureur Glico, qui est en quelque sorte l’emblème du quartier depuis 1919. Pour rappel, Glico est une marque japonaise alimentaire célèbre dont le produit le plus connu est le Pocky (Mikado en Europe), et qui est décliné là-bas à toutes les saveurs.

La fameuse marque de bière japonaise, qui est une des plus consommées au Japon. Comme vous le voyez, l’enseigne est assez énorme.

Nous continuons ensuite notre balade en longeant un peu le canal. Bizarrement les berges du canal sont désertes bien qu’elles soient aménagées, dommage.

Ondori, occupé à photographier des carpes. Je n’ai pas osé lui dire, mais il s’agissait en fait de vieux morceaux de plastique colorés qui flottaient. Sakura est quant à elle bien plus raisonnable et photographie les enseignes lumineuses.

J’y suis! Il photographiait vraisemblablement ces reflets dans l’eau, aller hop je fais discrètement pareil.

Nous quittons ensuite le quartier pour rejoindre le quartier adjacent qui est America-mura (le village américain), quartier plus occidental, où l’on trouve de nombreux magasins de fringues, bars, et boîtes de nuits.

Nous sommes accueillis dans le quartier par des lampadaires humanoïdes étranges. Je suis sur qu’une fois qu’ils ont accompli leur mission d’éclairer la rue la nuit, ils s’en vont au petit matin vers un endroit secret, où ils se racontent ce qu’ils ont vu et entendu. Méfiez-vous des hommes lampadaires…

Un marchant de takoyaki (boulettes de pâte fourrée au poulpe), avec un taxi flou devant. Attention, c’est exactement ce que je voulais faire! J’ai toujours aimé les taxis la nuit (j’ai toujours en tête la musique de Bernard Hermann dans Taxi Driver), et puis vous auriez vu un taxi « net » devant? ça n’aurait pas de sens. Là avec le flou on ressent bien le mouvement… Mais si, mais si…

Un marchant de poulets. Il se peut toutefois que je n’ai pas totalement compris l’enseigne…

Encore un marchant de takoyaki?!?! Cette fois-ci la tentation est insoutenable, et Ondori décide d’en acheter une petite barquette de 8. Je ne suis pas un inconditionnel de ces petites bêtes là, et j’en avais mangé jusqu’à présent qu’en France, mais je dois dire que j’ai vraiment bien aimé cette fois ci. Et pour info c’était vraiment très chaud, et une certaine personne dont je tairai le nom pour préserver son anonymat a eu vraiment des difficultés à manger ses takoyaki.

Ah, un premier magasin de fringues « fashion »…

…des jeunes un peu bizarres sur un vélo un peu bizarre…mmmh…je pense que nous sommes arrivés au village américain!

Encore un magasin de fringues « fashion ». Sur le mur d’en face (là où je me tiens), il y a un très grand tag au message très fort « Peace on Earth », que j’ai tout simplement manqué, et je vous invite donc une fois de plus à voir l’article de Ondori sur mon propre blog.

J’ai dit tout à l’heure que j’aimais bien photographier les taxis de nuit, et bien je dois confesser qu’il y a autre chose que j’adore photographier, ce sont les vélos! Une photo avec un vélo est rarement une mauvaise photo.

Malgré les takoyaki, l’heure avance et la faim commence à se faire sentir. Nous décidons alors de revenir vers Dôtonbori afin de trouver un izakaya (restaurant japonais traditionnel)

J’ai bien proposé d’aller là (un restaurant d’anguilles), mais ma proposition n’a pas fait l’unanimité…

Nous rentrons dans une galerie couverte, à l’affut du moindre restaurant.

Les devantures des restaurants exposent des bouteilles de saké.

Et finalement, dans une ruelle perpendiculaire à ciel ouvert, Sakura fini par nous dégotter un restaurant fort sympathique. Vous vous demandiez peut-être à quoi correspondaient les poissons de la photo en tête d’article, et bien il s’agit tout simplement de la devanture de ce restaurant.

L’ambiance du restaurant est chaleureuse (dans les deux sens du terme), dans la mesure où au milieu de chaque table il y a un foyer, avec des braises bien chaudes, qu’un serveur se charge de remplacer de temps en temps. Les tables sont basses, quasiment au raz du sol, mais il y a un trou sous la table pour mettre ses jambes normalement.

Après un vin de prune glacé très bon (c’était la première fois que j’en buvais), le serveur ne tarde pas à nous ramener une théière de sake chaud, que l’on appelle « atsukan ». Enfin il n’était pas vraiment chaud au moment où il nous l’a apporté. Le principe est de poser la théière sur le feu, et de surveiller la température grâce au thermomètre inséré dedans. Une manière ludique de préparer l’atsukan. Et une fois de plus c’était une première pour moi, j’ai trouvé ça vraiment très bon.

Enfin on nous ramène les plats de viande et de poisson, à faire griller soi-même sur le feu.

le plat de viandes, accompagné de moutarde à l’ancienne, et des genre de corn-flakes à l’ail

le plat de poissons et autres produits de la mer,

Une première session grillade avec de gauche à droite: deux petits poissons, une coquille saint-Jacques, une brochette d’oignons, un bout de maïs, un genre de seiche, et au autre poisson. Et pour la suite je n’ai plus fait de photos, trop occupé à manger!

Ah si il m’en reste une, qui montre un petit peu l’ambiance du restaurant, avec ce poisson suspendu au dessus de notre table, assailli par la fumée.

Et voilà donc pour cette soirée, où nous nous somme quittés aux alentours de 23h je pense. Encore une fois merci à vous, Ondori et Sakura, de m’avoir fait vivre cette soirée vraiment très agréable! Une dernière fois je vous encourage vivement à lire l’article rédigé par Niwatori qui parle de la même soirée, mais avec un regard un peu différent, et un récit peut-être un peu plus détaillé. Quant à moi, je vous quitte avec la vue depuis la chambre de mon hôtel, et n’hésitez pas à me rendre visite de temps en temps sur mon blog, où je vais raconter mon voyage petit à petit dans dans les mois à venir. A bientôt!

32 réflexions sur “Une Anguille dans le poulailler

  1. Très sympa comme idée ! Je m’incruste à mon prochain passage à Osaka alors… ^_^;
    Je m’étais fait exactement la même réflexion pour les berges du canal : tout simplement incompréhensible qu’elles ne soient pas squattées en toute saison par la foule qui pourtant grouille 10 mètres plus loin… @_@

    • Oui c’est vraiment étonnant que les berges ne soient pas utilisées, ça pourrait être vachement sympa comme endroit, avec des terrasses et tout. D’ailleurs ça existe le concept de terrasse au Japon? J’en ai jamais vraiment vu.

      • pour ainsi dire, les terrasses telles qu’on les connait en France n’existent pas au Japon. En général, une terrasse est associée à un établissement plutôt classe (voire français), ou à 4 tables devant le magasin (j’ai même vu 2 tables coincées dans un renfoncement de mur genre coffrage, pour pas gêner le passage). Mais il arrive d’en trouver en hauteur parfois.

        Encore une fois je ne vais quasi jamais là bas, mais j’imagine quand même qu’en journée, par beau temps, il y a un peu plus de pèlerins qui viennent s’y reposer entre deux courses… Ou alors décidément je ne comprends vraiment pas ce qu’on va faire là bas :)

  2. ça me rappelle une autre soirée du même type, mais à Tokyo, et avec des tempura ^^
    A quand un grand meeting avec le coq, l’anguille, la jolie fleur de cerisier et les deux accro aux purikura ? Rassurez-moi les gars, Marion et moi, on n’est pas obligées d’avoir un nom de bestiau, hein ? :)

    • oh, vous avez fait la même chose à Tokyo? Je veux voir l’article croisé? ^^
      Pour le meeting ça va être compliqué pour moi, j’habite à Paris et je me rends au Japon qu’une fois tous les 2 ans, le fenêtre est étroite ^^
      Sinon c’est soit un nom de bestiau, soit un nom de fleur apparemment, mais on peut ouvrir un peu le spectre :)

      • Pas la même chose, mais à la fin de mon article chez toi, je dis que c’est la deuxième fois. Et effectivement, nous avions rencontré Cathy et Marion lors de leur dernière soirée à Tôkyô, malheureusement on n’avait pas fait d’articles spéciaux, et aujourd’hui Cathy est en Australie alors tu crois pas si bien dire pour la difficulté à organiser :D

    • @Cathy : Arrête je suis sûr que tu apprécierais d’être appelée Crocodile Dundee :mrgreen:
      En tout cas il est clair que je regrette de ne pas avoir eu l’idée de l’article croisé avec Marion et toi, à 3 il y avait quelque chose de sympa à faire aussi!! (non non, je parle bien d’écriture là :D)

  3. Merci pour cette fenêtre sur un ailleurs. . . au même endroit. Ça faisait un moment que je ne m’étais pas arrêté la et bingo c’est le jour du trocblog ! Beau travail des deux côtés !

    • Merci d’être passé Sarah! Dis donc je pensais à toi l’autre jour, et je me disait que la première fois que je t’ai vu, c’était sur un cheval quand j’avais 11 ans… et fichtre j’ai frémi de penser que cela fait maintenant 20 ans!!!
      Content de voir que même si loin, tu gardes un oeil sur moi ;) merci et des bises à tout le monde chez toi!
      Oh! Et bien trouvé le terme de trocblog!! j’adore!! :)

  4. @Unagi : Bah sinon, je rentre sur Paris courant Avril. On n’a qu’à faire venir le Coq :p

    @Niwatori : Han, Crocodile Dundee, pas mal pas mal ^^ Bien que mon bestiau fétiche en Australie, ce soit plutôt l’ornithorynque aka platypus.

  5. Ah, ah, ah!
    Bien trouvé vous deux :)
    Cela ne m’étonne qu’à moitié!
    Je savais que l’anguille allait retrouver le coq à Osaka, mais de là à troquer leurs blogs!
    Ça se fut la surprise complète, très, très agréable et amusante!
    J’aime beaucoup tes photos et je reconnais le quartier où j’ai séjourné quelques jours.
    Tes photos sont excellentes et l’ambiance qui découle de cette rencontre, l’est encore d’avantage! Je me réjouis avec vous!
    Je rentre d’un voyage où j’ai vu des amandiers en fleur!
    Non, ce n’était pas le Japon, mais j’y ai pensé très fort, car la Nature me l’a rappelé!
    A présent, je vais faire un tour de l’autre côté et voir ce qui dit le Coq, eh, eh :)
    Merciiiii  » Unagi desu  » ❀

    • merci, je suis content que cela te plaise :)
      C’était à la base une idée de Niwatori, et j’ai tout de suite adhéré. Au final cela donne quelque chose d’un peu original je pense, et amusant dans la mesure où l’on peut comparer les 2 versions, et voir les différences de vision.
      Et tu peux m’appeler « Unagi », « Unagi-san », ou « l’anguille » ^^
      ps: dans quel pays on trouve des amandiers en fleur?

      • Unagi-san, bonjour!
        Avec plaisir :)

        Les amandiers, ainsi que les mimosas en fleur, se trouvent fleuris en ce moment en « Alto Douro, Traz-os-Montes » au Portugal :)
        C’est une région de montagne majestueuse, parmi laquelle serpente le « Douro » qui se jette dans la mer à Porto (Foz do Douro).

        C’est aussi la région ou l’on cultive la vigne qui donne ce précieux nectar que tu dois connaitre, le « PORTO ». A chaque fois que l’on on en boit, on célèbre le sacrifice de l’homme qui travaille dur pour arriver à ce résultat là.

        La montagne, elle aussi m’a fait penser au Japon!

        Certes, différente… Mais similaire en même temps… C’est à dire que la présence permanente de la montagne, des ponts, fleuves et cours d’eau, du train et des amandiers fleuris qui ressemblent étrangement aux « sakura » en fleur, parsemés dans la montagne et au bord des routes et la douceur du climat, m’ont étrangement ramenée au Japon!
        Il n’y a que la mer qui est absente… Mais suivant le fleuve, on est sur de la trouver à quelques 160km plus loin ;)

        Prochainement, je publierai quelque chose là dessus.

        • Je ne suis jamais allé au Portugal, mais j’ai toujours entendu dire que c’était un beau pays. Et je connais le porto de nom, mais j’ai jamais gouté. :)
          N’hésite pas à me faire signe par twitter si tu fais un article là dessus, au cas où je passe à côté.

  6. Bonjour Mr Anguille !! Bienvenue je dirais même.
    Alors attention, je suis une lectrice assidue ici, hors de question de virer le Coq de son poulailler ;)

    Je blague bien sûr !! Bien contente de te connaitre :)
    Belle balade et bonne petite soirée. L’idée est vraiment bien trouvée et ça change.
    Comme j’ai pu le dire de l’autre côté, chez toi, j’ai une nette préférence pour les photos de Niwatori (désolée^^’).

    Au plaisir et à bientôt Unagi ^o^

    • Quand même, ses deuxième et avant-dernière photos, je serais pas mécontent de les avoir faites!!
      Mais merci, je sais que c’est ton côté chauvain (si on peut l’appliquer à des blogs) qui parle :mrgreen:

    • Je le prends très mal. Surtout que c’est pas une « petite préférence », c’est une « nette préférence », vraiment….
      Je plaisante :) Effectivement je l’admets, les photos de Niwatori sont plus jolies dans l’ensemble, avec un cadrage plus original. Et mes photos du repas ne sont pas terrible, mais c’est parce que j’étais pas concentré, avec toutes ces bonnes choses devant moi ^^
      Content de te connaitre également Kyn, et peut-être à bientôt sur mon blog.

  7. Je commente aussi ici pour dire que votre idée d’articles croisés et très originale !

    Petite précision, il reste encore un théâtre en activité à Dôtonbori.

    Et la prochaine fois que je croiserai le coq, maintenant que je visualise mieux sa bouille, je n’hésiterai pas à lui crier un truc en français ^^

La parole est à toi! (profites-en!!) Si ton commentaire n'apparait pas immédiatement, c'est qu'il attend sagement ma modération, ne t'inquiètes pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s