Entreprises divines.

IMG_8510

Salut! Ne dit-on pas que les voies du Seigneur sont impénétrables? Tu ne t’étonneras point, dans ce cas, qu’après notre miracle du dernier article, nous continuions notre ascension vers le Céleste. C’est d’autant plus normal quand on connait la profusion des représentations du divin ici. Rien à voir avec nos contrées où, pour entrer dans une église il faut être, au choix, dévot, touriste, ou perdu. Ici, on s’adresse au Sacré quand on part en vacance en voiture, quand on va passer un examen, quand on pense à nos morts… on y pense au moins une fois par jour. Et les touristes du monde entier affluent pour voir ces sites exotiques, dédiés aux croyances lointaines. De l’animisme? Dieu que c’est mignon! Quel respect, quelle spiritualité! Et l’on s’émerveille de toutes ces inscriptions incompréhensibles en pestant contre notre société qui a oublié les valeurs de l’Esprit au profit de celles de l’Argent. Mais c’est oublier ce que nous avons sous les yeux… Car les dieux ne sont pas tombés sur la tête, et s’il y a bien des PDG plus forts que Steve Jobs et plus célébrés que lui, ce sont bien nos amis renards, entre autres…

IMG_8503

On parle bien souvent de cette opposition moderne/tradition quand il s’agit du Japon, et j’ai déjà eu l’occasion de dire tout le mal que je pensais de cette vision occidentale des choses. Rappelle-toi que de ce côté de la planète, on considère plus volontiers le monde comme une respiration. Là où nous voyons des oppositions (système Bien/Mal oblige), nous devrions plutôt voir des complémentarités, des mouvements. Pourquoi alors le sacré serait aussi ancré dans la vie quotidienne des Japonais, mais incompatible avec le capitalisme le plus humain. Pourquoi devrait-il y avoir un Japon « traditionnel » et un Japon « industriel »? Les Amérindiens ne vivent plus dans des tipis et tiennent les casinos, ils n’en sont pas moins Amérindiens (oui cette analogie est relativement à côté du propos, mais elle colle à ma photo ci-dessus hahaha).

IMG_8467

« Mais bon sang, où veut-il en venir à la fin? » te demandes-tu. « Je croyais qu’on allait se balader moi! » te dis-tu. « Et puis on va où aujourd’hui? » t’agaces-tu. Aujourd’hui, nous allons dans un des lieux les plus célèbres du Japon touristique. Un monument du Traditionnel, du folklorique. Un lieu que j’avais visité en 2009, parce que, soyons honnête, passer ici sans y aller serait comme visiter Paris pour la première fois sans aller à la Tour Eiffel… Et à l’époque, je n’avais saisi qu’une toute petite partie de l’intérêt de ce site, encore tout « corrompu » que j’étais de ma vision binaire du Japon (et quand je me relis, je frémis de tant de candeur)…

IMG_8470

Aujourd’hui, nous présentons donc papa et maman au Fushimi-Inari Taisha. il m’aura fallu 3 ans pour revenir. La dernière fois, j’avais consacré un article à ce site, mais aussi à d’autres visites du même jour. Tu peux retrouver ça sur l’ancien blog à cet endroit, mais ne prends pas ce que j’écrivais pour argent content, je découvrais le pays… Nous sommes donc au pied du site et de ses fameux « couloirs de torii » (les portails Shintô orange que tu dois connaître). Et nous passons devant les stands de marchands en tout genres. Celui-là vend des serpents mort pour je-ne-sais quel bienfait.

IMG_8469

Étendus sur 6km, c’est d’ailleurs bien plus ces torii qui attirent les visiteurs, plutôt que le sanctuaire au sommet de la montagne. D’où mon petit laïus sur cette fâcheuse tendance à catégoriser. Car, si tu l’ignores encore, il faut savoir que chaque torii planté ici, est un achat d’une entreprise, avec espoir d’augmenter ses profits et sa pérennité, évidemment. Tu peux d’ailleurs voir, au long du chemin, le prix des différentes tailles de torii. Ce ne sont pas des donations, ce ne sont pas des « hommages » aux dieux, dressés à la sueur du front des hommes pieux, ni rien de tel. Ils ne sont pas là pour la gloire du divin, mais bien pour la gloire de l’humain. Je ne le condamne absolument pas, que ce soit clair, mais il me semble important de re-situer certaines choses. Car ce que des millions de visiteurs viennent admirer ici chaque jour, n’est rien d’autre que l’industrie nippone matérialisée, baignée dans un jus de traditions. Et on continue de n’y voir qu’un formidable vestige de l’Ancien qui perdure dans la jungle de béton d’une société pervertie par l’argent. Et tu l’as compris, ça m’agace.

IMG_8485

Bien! Ceci étant dit, il ne faut pas que cela gâche le plaisir de visiter ce site unique au monde. Simplement il ne faut pas se tromper sur ce qu’on voit. Et alors que nous faisons le tour des quelques bâtiments qui sont en « bas » de parcours, je m’amuse déjà à observer quelques détails, que je te livre ici :

IMG_8478

IMG_8482

IMG_8489

IMG_8488

IMG_8487

Impossible pour moi de passer outre les cailloux sur lesquels nous marchons.

IMG_8486

Et encore moins d’éviter le regard de Inari, la divinité qui préside ici. Elle est dédiée aux marchands, au commerce, et au riz. Ce qui explique la profusion des torii achetés par des entreprises. Inari est une renarde bien maline, et s’il existe une économie divine, elle est sûrement la plus prospère.

IMG_8493

IMG_8476

Et puis quand faut y aller, faut y aller. On entre dans les torii comme on entre dans un manège à sensations. Je m’agrippe à Sakura pour être sûr de ne pas la perdre, ou peut-être pour être sûr qu’elle ne me laisse pas ici tout seul.

IMG_8567

Ce n’est pas comme si mes photos allaient être révolutionnaires ici. Fushimi Inari fait sûrement partie des sites les plus photographiés, et tu n’auras aucun mal à trouver des images de l’endroit sur la toile. Ce n’est pas pour autant que je vais m’abstenir, mais bon… on est limité dans le choix des compositions…

IMG_8502

Virage à droite…

IMG_8506

Virage à gauche… Attention, feinte du renard : la séparation :

IMG_8501

L‘un des deux chemins mène à un puits sans fond, choisi bien étranger! Mwahahaha… hum pardon… trop de jeux vidéo sans doute… En tout cas il y a une photo qu’on ne voit pas si souvent sur le net, il me semble, c’est ce qu’il y a à l’extérieur du couloir! Par exemple entre ces deux chemins…

IMG_8505

Oui bon.. ok… c’est pas merveilleux, mais ça mérite d’être montré non? J’ai toujours vu ce chemin de torii comme un grand dragon. Pourquoi ne voir toujours que l’intérieur, et jamais le dragon lui même? Tiens par exemple, on voit toujours les torii en enfilade comme ça. On les imagine peut-être collés les uns aux autres… alors qu’il y a de l’espace entre eux. Et je te le prouve :

IMG_8529

IMG_8523

Et puis il y a toujours quelques détails à voir, tu t’en doutes!

IMG_8495

Toitures en « copeaux »…

IMG_8496

Lanternes moussues, mes préférées!

IMG_8552

Chenilles qui ne tiennent qu’à un fil, carrément invisible…

IMG_8522

ou araignées reposants sur un réseau solide. Il y a tellement à voir qu’on ne sait plus où donner de l’appareil. Fort heureusement,Inari est là pour nous rappeler à l’ordre, et nous re-concentrer sur notre objectif. Au milieu du chemin, elle se montre fièrement dans une alcôve sombre et mystique.

IMG_8533

IMG_8538

Une impression de silence s’est fait. Seul le vent perturbe les flammes desquelles jaillit la divine renarde. Elle hypnotise, elle fascine.

IMG_8549

J‘ai toujours considéré Inari comme une déesse plutôt qu’un dieu. Elle a d’ailleurs pour moi toutes les caractéristiques du cliché de la femme Asiatique. Fière, digne, hautaine peut-être. Féline (alors qu’un renard est canin, j’entends bien, mais son attitude est plus féline à mon sens) intelligente et mystérieuse… Oui oui, j’ai bien parlé de cliché. Il n’empêche qu’encore une fois, c’est vraiment ma culture occidentale qui parle car à la question stupide « c’est une femelle Inari? » Sakura répond : « je ne sais pas, j’y ai jamais pensé comme ça »… bah oui balot, c’est une divinité point. Et en plus sans système masculin/féminin dans la langue… comment tu veux faire? Bref, Inari nous invite avec insistance à continuer notre ascension.

IMG_8550

J‘obtempère, bien entendu (on va pas se fâcher avec les dieux tout de même), mais je persiste à m’arrêter sur un ou deux détails. Na!

IMG_8551

Tiens! Ça sent le dépôt de bilan là non? Bref, comme prévu, arrivés en haut, on fait quelques photos « pour dire que »… Mais c’est moins spectaculaire que la représentation des industries du pays, il faut bien l’admettre.

IMG_8564

IMG_8532

IMG_8531

Même Inari a ici un côté plus cabot ou peut-être fatigué :

IMG_8565

Alors nous entamons notre descente, tout émerveillés par ce site qui, il faut bien le dire, est à couper le souffle (et pas seulement parce que ça monte dur!)

IMG_8525

Certains promeneurs sont même assortis au décors. C’est ça la magie du Japon! Notre visite se termine ici, et je dois dire que malgré les 3 ans écoulés entre mes deux visites, mes souvenirs étaient intacts, et j’ai retrouvé exactement les mêmes sensations. La seule différence est l’éclairage que ces années ont pu m’apporter sur la société japonaise. Fushimi Inari Taisha n’a pas perdu de sa superbe pour autant, au contraire, je l’avais perçu comme un symbole du Japon traditionnel alors qu’il n’est qu’un symbole du Japon, et de cette interpénétration de ce que nous voyons comme des genres opposés.

IMG_8572

Nous quittons donc ce splendide site, mais notre journée n’est pas terminée pour autant. Il reste suffisamment de temps devant nous pour remplir nos mirettes d’un autre monument Kyôtoïte.

IMG_8581

Et cet endroit où nous attend déjà mon ami le Héron, c’est le Kiyomizu-Dera. En toute logique tu connais ce temple. Si tu ne remets pas son nom, tu te souviendras peut-être des multiples visites que nous lui avons consacré. D’abord celle qui avait suivi notre première visite de Fushimi Inari Taisha, donc dans l’article déjà cité plus haut, mais aussi, et peut-être surtout, la visite nocturne que nous avions effectué en Mars 2012, et où nous avions pu observer des illuminations d’arbres à la veille du Printemps.

IMG_8588

Nous débarquons sur le site alors que le soleil se réchauffe déjà. J’espère vraiment avoir un peu de temps avant la disparition de l’astre, pour éviter le désastre. Je suis un angoissé du couché de soleil. Vraiment. Je suis capable d’être en rogne d’avoir traîné en chemin et de rater une luminosité parfaite. Car j’adore réellement la lumière de fin d’après-midi, encore plus en automne sur les feuilles rouges. Mais voilà, elle ne dure que quelques minutes. Et il y a un sacré monde, alors on n’est pas encore entrés.

IMG_8590

Les lions ont pris la place des renards, et parmi la foule qui se presse sur les escaliers qui mènent à l’entrée du temple bouddhiste, mon regard est attiré par une paire de chevilles engoncées dans un kimono, qui montent lentement, et de côté, les marches de pierre.

IMG_8586

Dure vie que celle d’une Japonaise au temple, mais quelle beauté du geste. Nous passons sous la grande pagode dont j’avais détaillé les poutres lors de la visite nocturne, il fait encore clair, mais la foule est devant nous et attend pour payer ses billets, et je crains d’y laisser s’écouler de longues et précieuses minutes…

IMG_8592

Mais finalement plus de peur que de mal, l’organisation est parfaitement huilée, et nous n’attendons guère longtemps avant d’entrer. Alors malheureusement, le temple est toujours en travaux à ce moment là, nous privant de toute une moitié du bâtiment. Je n’ai pas franchement d’image vraiment intéressante de la première moitié du temple, je te propose plutôt d’avancer directement au point de vue sur cette première partie. Nettement plus intéressante à observer de loin, surtout avec la fameuse foule dont j’ai parlé.

IMG_8612

Je ne vais pas le dire à chaque fois, mais le temple est soutenu par 139 poutres simplement emboîtées (ah bein si, je le dis à chaque fois du coup). C’est une structure réellement impressionnante, et un incontournable, là encore, de toute visite touristique à Kyôto. J’ajoute qu’il est bordé tout au dessous par une écharpe de cerisiers, ce qui rend la vue au printemps fantastique, m’a-t-on dit, car je n’ai encore jamais osé me frotter à la foule printanière.

IMG_8622

Nous sommes venus aujourd’hui observer les momiji (les érables rouges), et pour tout dire, je suis très déçu car l’immense majorité des feuilles sont encore bien vertes. Heureusement que la vue est belle, mais attention, il nous aura fallu beaucoup de temps pour avancer jusque là, et le jour est sérieusement en train de prendre un coup de vieux.

IMG_8614

Faisons contre mauvaise fortune bon cœur. Les feuilles ne sont pas rouges? Le soleil est déjà bas? Profitons en pour quelques contre-jour du plus bel effet.

IMG_8624

IMG_8627

Hop! Quand on n’a pas la chance escomptée, on a des idées! Mais tout de même, hâtons-nous un peu, histoire de ne pas trop tenter le diable. J’ai repéré quelques arbres bien rougis en bas, redescendons à toute pompe. Un dernier regard sur la pagode baignée de lumière douce, et on y va.

IMG_8629

Peu de temps, mais quelques arbres qui s’offrent complètement à nous, c’est l’occasion rêvée. Un coup sur des feuillages, un coup sur la pagode, qui, maintenant, nous surplombe. Il faut aller vite et bien.

IMG_8641

IMG_8646

IMG_8639

IMG_8642

IMG_8638

Ouf! Ça y est, je me détends… J’ai eu à peu près ce que je voulais, même si j’aurais préféré en avoir plus. N’empêche, une fois encore, la course avec le soleil était serrée. Une vraie montée d’adrénaline en ce qui me concerne, beaucoup moins pour mes accompagnateurs (surtout ces dames). Mais tout va bien, et alors que nos femmes font la queue pour les commodités, fort sollicitées, nous autres mâles, finissons d’assouvir nos pulsions photo-créatrices en contemplant le soleil disparaître pour de bon cette fois.

IMG_8654

C‘est donc légers que nous redescendons vers la ville. Comme à chaque visite de ce temple, nous avons prévu de passer par le Yasaka-jinja, petit sanctuaire orné de multiples lanternes de papier. Pour s’y rendre, il faut d’abord descendre la rue commerçante, car comme chacun sait, les sites sacrés du coin sont… sacrément rentable, bref, rue que tu imagines sûrement bondée… Eh bien tu as tort, elle est ARCHI-bondée!

IMG_8658

Mais fort heureusement, nous gagnons assez rapidement des ruelles plus calmes, et le temps d’atteindre le dernier lieu saint de la journée, la nuit sera complètement tombée.

IMG_8662

Les odeurs de restaurations embaument déjà les rues, on imagine des scènes derrière les vitres chaudement éclairées, après une journée si bien remplie, l’apaisement du crépuscule est une joie discrète à laquelle nous goûtons. Puis nous arrivons au Yasaka-jinja.

IMG_8672

Ce petit sanctuaire est un de mes favoris car très humble. L’entourage du bâtiment principal est très joli, mais à cette heure ci, il n’y a guère que l’enfilade de lampions qui vaille vraiment la photo. Elle marque donc la fin de la journée et de la promenade.

IMG_8670

J‘espère qu’elle t’aura fait plaisir comme à nous, et que tu auras goûté un peu de cette journée au pays où le sacré s’insinue partout dans la vie courante, ou plutôt, où la vie courante a su se construire, non pas sur la base du sacré, mais autour de lui, comme un lierre accroché à un tronc.

IMG_8673

Je souffle sur la lanterne et te dis à bientôt pour la suite de nos (re)découvertes du Japon.

22 réflexions sur “Entreprises divines.

  1. J’aime beaucoup ton récit et ce que je trouve sympa, il est chronologique ! On vous suit du début de la journée jusqu’à la tombée de la nuit.
    Je ne me lasse pas du chemin de Torii, toujours aussi magnifique !!

    Pouah la photo de l’araignée >__< Mais elle est superbe en plus (beuuuuurk) mais ouaaaah quel corps O_O (je l'aurais moi aussi mitraillé avec mon optique macro xD )
    J'aime beaucoup aussi les photos avec les lanternes à la fin de l'article. Il y a un contraste bien net entre la nuit et la lumière qui s'en dégage. Il n'y a pas de flou ou autre qui vient gâcher la photo🙂

    Papa coq et maman poule en voient des choses. Ils sont venus passer combien de temps avec leur poussin ??

    • L’araignée était très loin en fait, très haut pour être précis. Je l’ai shooté au 255mm, cela dit, c’est une espèce très commune ici, on en croise 250 au m² à Fushimi Inari, et ailleurs. Par contre j’ignore la marque ^^

      Pour la chronologie, c’est une constante dans beaucoup de mes balades, comme tu le sais, et là c’est d’autant plus nécessaire que je raconte ma course avec le soleil, et le parcours est assez classique en plus…

      Les parents étaient restés 15 jours, ce qui nous a laissé beaucoup de temps pour visiter de jolis coins… la suite bientôt😉

      Merci à toi🙂

  2. Ah! Tu as fait très fort Ondori!
    Ta mise au point concernant la fameuse « dualité » est très juste.

    Les kitsune ont dû pouffer de rire, se disant que le Coq les a démasqué et ils doivent en être heureux!
    Les affaires sont les affaires!

    Euh… Méfie-toi cependant…
    Ils sont farceurs et parfois méchants et ils aiment peut-être bien les gallinacés🙂

    J’aime beaucoup les kitsune! 
    Les messagers de Inari…
    Toyokawa Inari se trouve dans la Préfecture de Aichi.
    C’est un Temple Bouddhiste qui se situe dans un environnement naturel très sobre et équilibré que j’ai beaucoup aimé. Et là,  j’ai rencontré des « kitsune » par « milliers »!

    MES SOUVENIRS RÉVEILLÉS

    ■ À Fushimi Inari

    Le même chemin
    pendant la montée
    le coup de balai

    (… il n’y a plus de balais de paille de riz? Hum… En as-tu vu?)

    Je garde un très doux souvenir de Fushimi Inari…
    Nous étions au printemps!

    ■ Au Kiyomizu-Dera

    Couleurs d’automne
    lesquelles mes préférées?
    Je dirais toutes!

    Cependant,  je l’ai vu entouré de rose au printemps « Haru » et c’était magnifique!

    Merci beaucoup ✿
    pour ce joli billet. 
    Sous ton regard,
    le Japon!

    • Merci Okasan! Je pense que dorénavant, je vais rédiger des article seulement pour le plaisir et l’honneur d’avoir de ta poésie😀

      Merci encore!

      • Des papillons, des grenouilles, des coqs… la blogosphère autour du Japon est toujours aussi « faunétique » n’est-ce pas? Et si les chats ne font pas des chiens, il est clair que les bestioles font beaucoup d’articles divers😉

  3. Bel article et superbes photos. Juste pour le plaisir de la discussion; je me demande si « sans système masculin/féminin dans la langue [japonaise]… » ne fait pas partie aussi des clichés sur le Japon dans la mesure ou c’est toute la langue et la facon de parler qui est genrée, pas seulement l’accord des adjectifs et articles.
    Amitiés

    • C’est tout à fait exact, mais il y a une raison pour laquelle je me suis laissé allé à ce cliché : j’anticipe un article que j’écrirai dans 2 ans, et qui aura pour sujet « ces clichés sur la langue nippone » dans lequel je pourrai à nouveau mettre en exergue mon incroyable maturation dans ma découverte du pays et de sa culture!:mrgreen:

      Moi? De mauvaise foi? Ça m’étonnerait…

      Plus sérieusement, effectivement j’ai fait un raccourci mais seulement parce que je voulais retranscrire le dialogue avec Sakura. Je voulais souligner que donner un « sexe » à Inari pouvait sembler plus naturel pour moi que pour elle, mais il faut aussi prendre en compte le peu d’intérêt que porte Sakura à ce genre de considération théologico-sémantique. C’est la spontanéité de la réponse qui m’a amusé.

      Du coup merci de souligner ce point qui, tu as raison, est sans doute encore trop peu souvent traité. Malheureusement, ce n’est sans doute pas là mon domaine de prédilection, alors je ne renverserai pas la tendance tout de suite je crois:/

      A bientôt j’espère!

  4. Ouh là ! Ça a posté dur depuis la dernière fois ! Quelle balade dis donc, j’ose à peine imaginer le temps qu’il t’a fallu pour faire un tel poste.

    Alors, je suis un gros gros fan de Fushimi Inari Taisha moi aussi (et de Kyomizu-dera) : c’est vrai que c’est pas très original comme destination, mais voilà l’endroit ! Ta photo du virage à droite n’est peut-être pas originale non plus mais elle est carrément réussie ! La palme cette fois-ci revient quand même à celle des flammes : absolument MA-GNI-FI-QUE !! J’ai tout simplement scotché dessus ! La montée des marches en kimono la mériterait amplement également mais il n’y avait pas l’effet de surprise : je l’avais vue sur FB.😉

    Belle mise au point également que je partage totalement… ou presque ! Je regrette notamment un peu que tu aies perdu de ta candeur des premiers temps justement. Ton regard actuel en est presque devenu trop réel, trop froid, trop dur. Enfin bon, c’est une impression tout ce qu’il y a de plus personnelle…

    Bon, par contre, ça c’était pour le ressenti général. Si l’on va un peu dans le détail, j’avoue ne plus te suivre lorsque tu parles des « donations » qui n’en sont pas. On est d’accord que tout ça est très intéressé, mais je mets ces torii au même plan que les ema ou les pièces données lors des prières par exemple : dans tous les cas, on « donne » pour obtenir autre chose en échange (réussite aux examens, amour,…). Du coup, « pourquoi tant de haine »😆 envers les torii de Fushimi Inari ? D’autant plus qu’il n’y a pas que des entreprises qui achètent ces torii. Bon, pour pouvoir se payer un des plus grands, ça aide d’être une boîte j’imagine… Quoique, le troisième en partant du premier plan sur la photo où vous êtes de dos avec Sakura (?) n’indique rien le rattachant à une entreprise si je ne m’abuse.😉

    Et puisqu’on en est aux détails et aux précisions, les « renards » (qui ne sont pas appelés kitsune dans ce cas d’ailleurs) ne sont pas le dieu/déesse Inari mais bien ses servants et gardiens comme le précise délicatement, et très justement, Okasan. Ta remarque sur le sexe possible d’Inari n’en reste pas moins très pertinente : comme le précise un blog de ma connaissance:mrgreen: , Inari est « Représenté sous des traits féminins, masculins voire sous forme androgyne (…) ». On peut d’ailleurs avoir un aperçu de cette variété en faisant une recherche pour 宇迦之御魂神 Uka-no-mitama-no-kami sous Google Images (un petit lien pour les gens pressés : http://tinyurl.com/l2dm5d4).

    Mais bon, je m’égare, je m’égare ! Désolé mais le shintô me passionne depuis très longtemps et je ne sais pas m’arrêter quand on en parle. ^^; Si tu voyais le nombre de bouquins que j’ai ramené du Japon sur le sujet. Bref, vivement le prochain article !

    • Salut Fred! Merci pour ton long commentaire très intéressant! Mais je suis très triste de constater que j’ai du très mal m’exprimer! Car tu es très loin de ce que je voulais dire.

      D’abord globalement, ce qui me fait réagir n’est absolument pas la gestion du sacré et de l’argent à Fusimi Inari Taisha, dans le Shintoisme, dans le Bouddhisme, le Catholicisme ni où que ce soit. Que ce soit intéressé ou non, pieux ou vénal, tout ce que tu veux, tout ceci ne m’émeut pas le moins du monde. Et comme je l’ai dit dans l’article je ne le condamne absolument pas. Au contraire à vrai dire, je trouve ça extrêmement bon signe, car cela montre que la tradition est vivante, et c’est précisément ça mon propos!

      Puisque ce qui me fait réagir, pour ne pas dire m’agace, c’est cette réduction de la culture japonaise à une simple opposition, quand il n’y en a pas. Les Torii n’ont été pour moi qu’une belle illustration métaphorique de ceci.
      Il se trouve que, plus ou moins consciemment, lors de ma dernière visite ici, j’avais moi même regardé le site sans le voir. Attention, je savais déjà que les Torii étaient des donations d’entreprises etc (et cela ne m’avais déjà pas du tout choqué ni révolté ni rien de ce genre)… Simplement je n’avais pas regardé l’endroit comme un témoin de l’époque actuelle, mais simplement comme un « vestige ». C’est stupide, mais c’est la réalité, et je suis persuadé que c’est le cas de l’immense majorité des visiteurs ‘au moins occidentaux) et je m’aperçois de plus en plus que c’est en partie à cause de notre culture binaire, et l’image véhiculée inlassablement dans nos contrées à propos du Japon. J’avais donc envie, pour une fois, de donner un peu plus de mon opinion personnelle.

      Si tu as perçu la moindre dureté envers le Japon, le Shinto ou la culture du pays, je me suis très mal fait comprendre, c’est précisément l’inverse. D’ailleurs je ne crois pas que mon regard se soit durci (que je déteste ce mot), en revanche, il s’est imprégné la rétine de bien plus de Japon en tant que « tout », que « bain », je ne sais pas comment le dire… en tant qu’entier quoi. Il n’est évidemment plus un reflet de quelques aspects morcelés au gré de documentaires, d’angles d’intérêts etc… Je suis certain que tu comprends ça mieux que moi, toi qui a vécu sur le terrain bien plus longtemps.

      Il faut dire aussi qu’il s’est passé 1 an depuis mes derniers post, qu’en général j’évite les sujets trop enclins à ne pas satisfaire, et aussi que bon… puisque j’avais pas grand chose à raconter de la balade, puisqu’elle était une redite, j’en ai profité pour donner un peu mon avis… Voilà pourquoi tu as peut-être été un peu dérouté en me lisant, j’en suis navré.

      Soit donc rassuré, je garde la même candeur globale, simplement il y avait là un trop belle métaphore du Japon pour ne pas en profiter, et sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur.

      Et merci pour les précisions sur Inari! Là tu m’en apprends!

      • Coucou le Coq !

        Désolé pour la réponse tardive, je ne t’avais pas oublié pour autant.😉 Je ne pense pas que tu te sois mal exprimé, c’est sans doute moi qui ai mal compris ! Ce genre de discussion via écrit interposé n’est pas toujours évidente et j’avais pourtant bien pris soin de te relire plusieurs fois…

        Je me demande en fait si ce n’est pas parce que je passe à côté, justement, de ce concept d’opposition. Mon arrivée au Japon remonte, certes, mais je me souviens qu’à l’époque je parlais de contraste, oui, mais d’opposition ? Je ne crois pas.

        J’associe toujours d’ailleurs cette idée de contraste au Japon. Quid de la différence entre contraste et opposition ? Pour moi, contraste est synonyme de variété, et donc de richesse ; je rattache plutôt opposition à une coupure, une scission, empêchant l’idée d’un tout harmonieux. En ce sens, il me semble qu’on est plutôt d’accord non ?😉

        • Entièrement d’accord! Contraste, respiration, alternance, appelle ça comme tu veux, mais c’est effectivement cette fluidité, cette symbiose, cette complémentarité qu’on ne retrouve pas dans l’idée largement répandue en Occident d’opposition entre l’un et l’autre.

    • Salut Eric! Merci pour les compliments!

      Je ne sais pas quand tu es allé à Kiyomizu, mais si j’en crois ton post c’était en Avril, nous c’était en Novembre dernier, j’ai juste mis longtemps à le raconter🙂 La version nocturne date encore plus puisque c’était en Février 2012 si je ne m’abuse!

  5. Je me suis régalée de refaire ces visites et j’ai l’impression d’en savoir un peu plus en lisant tous les commentaires. Très intéressant donc!

  6. J’aime la façon dont tu marie, mélange et associe l’impossible contraste du Japon qui est la raison principale de ma fascination pour ce pays.

    Ma visite au Fushimi Inari a été un choc esthétique. Fille de la forêt, me promener par un bon 40 degré et une humidité de sauna sous le vermillon des arches et les verts de la canopée a été pour moi une expérience proche de la transe. Nous étions trois a avoir gravit la petite montagne et fait la boucle complète, laissant peu à peu derrière nous les touristes fatigués. Nous étions suivi par une horde de moustique affamée.

    Cette expérience m’a profondément marquée et j’espère pourvoir y retourner lors de ma venue prochaine au Japon. Je regarderai peut-être le sanctuaire d’un oeil nouveau, maintenant que je suis plus renseigné sur son histoire et sa raison d’être. Cependant, je sais que la magie qui se tissent être les piliers des torii n’aura pas perdu de son charme et sa force.

    Merci de nous rappeler que ce que nous voyons comme une tradition peu être un peu passéiste est en réalité bien vivante. Merci aussi de rappeler le lien entre économie, consommation et spiritualité. Tu expliques sans juger (ce que je trouve remarquable d’autant que j’en suis incapable). Ton article m’inspire beaucoup !

La parole est à toi! (profites-en!!) Si ton commentaire n’apparaît pas immédiatement, c'est qu'il attend sagement ma modération, ne t'inquiète pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s