Boucler la boucle.

IMG_7904

Salut salut! Il est l’heure de conclure notre périple à Kanazawa. Hé oui je sais, c’est dommage mais toutes les bonnes choses ont une fin. Il nous reste une journée pour finir en feu d’artifice ces superbes vacances. On a déjà visité les principaux lieux touristiques de la ville ces derniers jours, mais il en reste quelques-uns. Pour autant, tu me connais, j’aime bien aller voir ailleurs si j’y suis. Aujourd’hui nous décidons donc de nous rendre dans un tout petit musée d’automates de l’époque Edo! Un musée a propos duquel je n’ai rien vu jusque là sur le net… Alors, mon âme de pionnier se réjouit de t’y emmener.

IMG_7864

Nous quittons donc notre hôtel pour de bon. Nous allons déposer nos sacs à la gare de Kanazawa et filer à notre musée. Mais arrivés à la gare de Kaga-onsen, je remarque au loin quelque chose d’assez incroyable… l’as-tu vue?

IMG_7862

Sur la colline derrière la gare se dresse une statue gigantesque… Comment ai-je pu la rater jusqu’ici??? Je suis déjà déçu de ne pas pouvoir aller voir de quoi il retourne, puisque nous partons et que le timing est serré. Après quelques recherches sur le net, mon intérêt n’en sera que plus grand, et si je reviens un jour dans les parages, sois sûr que j’irai lui rendre visite.

IMG_7861

On ne trouve rien sur cette statue. Ni en anglais, ni en japonais… Rien, si ce n’est un ou deux touristes ayant aperçu la statue de loin dans le train… Et puis, en fouillant bien, mais alors vraiment bien, on trouve. Dans les années 90, le Japon a commencé à peupler ses paysages de ce genre d’immensités, pris dans une folie de nouveau-riche. certaines sont devenues extrêmement célèbres, d’autres demeurent à jamais dans l’indifférence générale. C’est le cas de celle-ci.

Alors pour faire vite, Cette Kannon canon mesure 73 mètres de haut (soit tout juste 20 de moins que la Statue de la Liberté avec son socle), et elle est en fait plantée au milieu d’un parc à thème. Thème : la religion. Et pourquoi pas? Le parc est semi-abandonné d’après ce qu’on a compris, mais quelques attractions y sont encore ouvertes, et un temple serait en activité. Comme ma photo ne rend pas hommage à la taille du bousin, j’en ai volé une paire sur internet. En fait la quasi seule paire qu’on trouve…

kaga-kannon

Tu n’as pas idée d’à quel point je m’en veux d’avoir passé 4 jours à côté d’elle sans la voir… il faut dire qu’elle est derrière la gare et qu’on y a souvent été de nuit… Enfin bon, la journée commence avec ce gros ratage que je ne me pardonnerai qu’une fois que j’aurais pu y retourner.

psila5

Mais pour l’heure, direction Kanazawa. Là bas, nous prenons un bus (qu’on a failli rater, on a couru 10 minutes comme des dératés, et heureusement il est arrivé 5 minutes en retard, ce qui nous a permis de le choper de justesse. Il aurait fallu attendre 1h pour le suivant, et cela flinguait notre programme…) Nous voilà donc au chaud. Le trajet est très long, le musée est super loin de la ville. 45 minutes plus tard, nous approchons du terminus quand le chauffeur fait une annonce de cette teneur :

« Mesdames et messieurs les passagers que je respecte et que j’adore, je vous remercie d’avoir fait confiance à notre société de transport urbains et je me dois de vous informer qu’aujourd’hui, exceptionnellement, et sous l’effet d’un événement indépendant de notre volonté, le terminus habituel ne sera pas desservi. Nous allons devoir nous passer de votre compagnie à partir de l’arrêt précédent celui-ci, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a rien du tout à voir au vrai terminus, sinon le musée Ohno Karakuri, des automates de l’époque Edo (Que peut-être 2 d’entre vous voudront visiter) et qu’il est, aujourd’hui, FERMÉ!
Merci de votre attention et probable grande déception, nous vous prions d’agréer l’expression qui dit : bien fait pour vous, il fallait mieux regarder le site internet! » *regard mitrailleur dans le rétroviseur en direction de Tsuki*

Voilà voilà voilà. Et là, c’est le drame. Nous venons de perdre 1 heure (2 avec le retour). Mais je constate que si, effectivement, on est au bout du trou du derrière de l’univers, il y a là un petit port avec de vieux rafiots. Ça m’intéresse, je suis preneur. Perdu pour perdu, nous nous baladerons ici et tenterons quelques clichés. Et puis le musée a, parait-il, une architecture particulièrement originale, je veux voir ça. Nous demandons au chauffeur s’il y a de quoi manger ici (parce que, vraiment, je n’exagère pas, on est en pleine cambrousse, il n’y a pas un chat). Il nous indique un sushiya un peu plus loin, et nous laisse au milieu de nulle part -nous sommes les 2 seuls passagers, l’impression de se faire déposer en milieu hostile pour une télé-réalité est grande-

IMG_7868

J’imagine déjà le petit sushiya bien pourri, avec une mamie de 700 ans et deux joueurs de go le mégot au bec. Je dis à Tsuki que de toute façon on est marrons, ce sera fermé. Aussi, quand je lève les yeux et aperçois la baraque ci-dessus! Les bras m’en tombent: Que fait un établissement si imposant et visiblement si classe ici… On entre.

IMG_7919

L’endroit est super cosy. Des touristes Hongkongaises sortent de la salle de restaurant avec leur guide, et hurlent qu’il s’agit sans aucun doute des meilleurs sushi du Japon, que c’est à peine croyable, etc… au bord de l’extase, les mamies siliconées. On remarque que le chef a été médaillé pour le meilleur design, et l’endroit a toutes les caractéristiques du restaurant de luxe, en version sushi. La matronne daigne nous renseigner au bout d’une bonne dizaine de minutes à attendre qu’elle ait fini de regarder tout le monde de haut dans le hall. L’endroit est rempli et nous savons qu’il nous faudra attendre. Nous demandons donc jusqu’à quelle heure ils sont ouverts. La réponse qui arrive nous la coupe. Toute la journée. Non stop. Bon, parfait! Changement de programme, on prend le temps d’aller au musée fermé, on voit le port, on revient et on se met à table. Retour en taxi plutôt qu’en bus (il n’y en a que 2 dans l’aprem et le taxi mets une 15aine de minutes seulement), et aujourd’hui, on visite des sushi.

IMG_7870

C’est parti pour la balade de mise en appétit. D’abord on traverse un bras d’eau, quelques vieilles coques de noix sont là, j’adore ça, je ne sais pas pourquoi, mais je trouve toujours ça charmant. L’air est frais, le temps nuageux et capricieux, mais offrant quelques éclaircies… on avance à la recherche de notre musée.

IMG_7871

On navigue un peu à l’aveugle mais grosso-modo, on va faire une grande boucle qui nous mènera jusqu’à ce pont au loin, puis retour par l’autre berge.

IMG_7874

Nous voilà partis dans un lieu surréaliste. Complètement fantomatique. Un immense terrain vague parsemé de maisons, souvent flambant neuves, sorties d’une terre jonchée de détritus et de résidus de civilisation. Ça sent l’usine et la boue, mais on voit clairement que la dynamique est au développement.

IMG_7877

IMG_7878

Par exemple ceci est un salon de coiffure…

IMG_7880

Et plus loin nous tombons sur un parc public avec ce drôle de drakkar en guise de scène pour spectacles municipaux. Il pleut mais nous prenons le temps de regarder ça et de fouiller un peu l’endroit, à la recherche d’autres trésors d’absurde. Nous ne trouverons que des maisons aux styles variés, très européennes ou nippones… Au bon gré des constructeurs qui viennent s’amuser ici, loin des regards.

IMG_7876

IMG_7873

Tout ceci installé d’un côté de la route quand de l’autre côté, ce sont des usines portuaires comme seules voisines.

IMG_7879

IMG_7875

En plein milieu de tout ça est donc planté notre musée fermé. Après bien 15 minutes d’errance, nous voici devant lui.

IMG_7881

Effectivement fermé à double tour, je me contenterai de l’affiche délavée à l’entrée pour te montrer ce que nous aurions dû voir…

IMG_7882

Je te donne quand même un lien qui montre la mini-collection d’objets -enfin un échantillon- tu noteras l’effort d’écrire en anglais, effort stoppé au milieu de la page pour une obscure raison… Et une vidéo datant probablement elle aussi de l’ère Edo, qui assure la publicité de ce musée (je me moque mais c’est cette vidéo qui m’a décidé à y aller…)

Quant à l’architecture, nous faisons le tour pour voir le bâtiment principal.

IMG_7883

IMG_7885

Sympa, mais je me demande vraiment si ça valait bien tout ce fourbi. Bon puisqu’on est là, au milieu de ce terrain vague, voici un vague panoramique

IMG_7887

Mesdames messieurs, merci d’applaudir le plus laid de tous mes panoramiques artisanaux! Notez la négligence dans la tentative de recréer une illusion d’unicité. Mettez ça sur le compte de l’agacement d’avoir perdu une journée que j’aurais pu passer au pied d’une Kannon géante… Boarf, c’est pas grave, au moins je navigue ici en plein surréalisme. Allez on prend le chemin du retour par le pont que tu as vu plus haut.

IMG_7890

Le bougre n’est pas petiot. Pendant la traversée, je vais jouer avec un milan noir, ce qui donnera naissance à l’image d’intro de cet article. Mais en regardant vers l’estuaire, on remarque qu’on voit la mer du Japon. Les nuages s’écartent justement pour nous donner un peu de lumière. Tsuki hurle de joie, libérée du poids de déranger quelqu’un. Ici, les seules oreilles que nous casserons sont celles de coques rouillées.

IMG_7910

Je dois dire que je commence aussi à apprécier la balade. Moi qui suis toujours en stress d’avoir quelque chose à te mettre sous la dent, finalement quoi de plus intéressant que l’inintéressant que tu ne verras probablement jamais sur un blog? Qui va prendre une après-midi pour rédiger un article sur un terrain vague abandonné?

IMG_7896

Hé bein moi! Moi je vais le faire, et je vais même prendre 10 minutes pour faire, un panoramique digne de cette jetée déserte sur laquelle les seules à venir poser le pied sont les vagues turbulentes. Nous essayerons de les rejoindre mais l’accès est malheureusement impossible.

IMG_7907

Tu devras te contenter de les observer de loin, et en consolation, voici un gros plan sur de l’eau à mon niveau.

IMG_7913

Nous errons donc au milieu du silence le plus total, témoignons de cette stèle et écoutons nos estomacs gargouiller. Il est temps de retourner vers les sushi.

IMG_7915

Les quelques maisonnettes qui longent le canal sont probablement des maisons de pêcheurs. Ici les bateaux sont garés comme les Twingo dans un lotissement, et les garages sont des quais sur lesquels on ne trouve que des piles de boites (ami de la contrepèterie, celle-ci était pour toi), et des filets sans merlan.

IMG_7916

IMG_7917

Il commence à faire frais et c’est avec plaisir que nous nous retrouvons dans le hall d’accueil du « meilleur sushiya du Japon », selon les Hongkongaises liftées. Il y a là un radiateur des plus mignons, et nous attendons 20 minutes supplémentaires qu’on nous autorise enfin l’accès à la salle.

IMG_7921

IMG_7920

Derrière les fusuma on devine que ça s’active… Nous les ouvrons.

IMG_7918

L’endroit silencieux qui nous enveloppait est englouti dans un brouhaha fait de cris de chefs qui appellent de l’ingrédient supplémentaire, du couteau aiguisé, de la serveuse qui demande une bière… etc… Le plafond est à une hauteur céleste, je doute même qu’il y ait un plafond.

IMG_7922

On nous désigne deux chaises et nous prenons place.

IMG_7923

Devant nous s’étalent les produits et les maîtres. L’homme qui nous servira est le grand patron. Il ne sourira pas une seule fois. L’œil sévère et concentré, on peut dire rien qu’à le voir que le niveau d’exigence est haut ici, et qu’on n’a pas le temps de décevoir les clients. Les plus jeunes qui l’entourent semble porter un poids énorme sur les épaules.

IMG_7934

Les prix sont à la hauteur de la réputation de cet établissement à Hong Kong. Le plafond est en fait probablement une illustration, lui aussi, de ces tarifs. Peu importe, je suis maintenant vraiment curieux de ce que nous allons pouvoir déguster. Un groupe quitte la salle, aussitôt tout est redressé pour de nouveaux clients qui viendront dans la minute qui suit. Il est 14 heures.

IMG_7935

Nous commandons nos sushis, en menu. Un assortiment classique.

IMG_7933

Voici venir ceux de Tsuki.

IMG_7936

Puis les miens.

IMG_7942

Je ne sais pas si tu t’y connais un peu, ou si les photos suffisent à te donner une idée, mais clairement là, je ne rigole plus du tout. Je suis soufflé par la beauté et la générosité de ces pièces.

IMG_7944

Tendres, fondants, même pour le poulpe, savoureux et frais, les sensations s’enchaînent dans ma bouche, entrecoupées de lampées de bière fraîche et de cris d’extase. Je te rappelle que la barre gastronomique a été placée très haut ces 3 derniers jours avec les repas de notre hôtel (voir les 3 précédents articles). Mais ce sushiya du bout du monde et de l’inattendu ne nous décevra pas une seule seconde.

IMG_7926

Le petit jardin qu’on aperçoit de notre place m’indique que dehors il grêle…

IMG_7927

IMG_7928

IMG_7930

Je pense qu’il est grand temps de…. reprendre un thé chaud et une tournée de sushi! Au diable l’avarice (connais pas ce mot de toute façon), flinguée pour flinguée, notre journée sera placée sous le signe du poisson cru.

IMG_7954

Nouvelle préparation de commande, je m’attarde sur un ou deux autres détails..

IMG_7924

IMG_7925

Et voilà la suite, du classique, comme ce thon rouge qui entoure littéralement le riz…

IMG_7945

Et de la découverte avec ces sushi de shako, plus (in)connu chez nous sous le nom de stomatopoda, ou Mantis Shrimp en anglais.

IMG_7952

Comment décrire ça… Une tuerie. Du bonheur. De la joie. Un mélange entre gambas et langouste, la finesse du homard, bref… ce qu’on appelle communément une tuerie. Devant mes cris de plaisir, le chef aux yeux plus froid que l’acier de ses couteaux nous tend une assiette avec la chair des pattes avant de l’animal. Il nous explique que c’est la partie la plus chère et savoureuse. C’est gros comme une pilule.

IMG_7950

Et ça a la puissance d’une attaque à main armée dans le Palais des Touristes.

IMG_7953

Pour faire glisser tout ça, il ne nous reste plus qu’à nous régaler de la glace au shôyu (la sauce soja) dont on nous a à plusieurs reprise vanté les mérites. C’est une spécialité du coin et visiblement, quitter les lieux sans y avoir goûté est susceptible de nous apporter la damnation pour nous et nos proches, sur une centaine de générations. Alors nous, pas fous, on tente! Et on a bien fait car c’était très bon!

Ainsi se termine notre voyage à Kanazawa. 4 jours remplis de découvertes, de caprices météo et de nourriture d’un niveau encore jamais atteint dans ma petite vie. N’hésite pas à consulter les 3 précédents articles si tu les a râtés (et tous les autres évidemment). J’espère que tu as pris plaisir à nous suivre jusque là-bas, et reste dans le coin car j’ai déjà de quoi te promener encore un peu… Alors à bientôt!

12 réflexions sur “Boucler la boucle.

  1. Haha je te comprends pour la Kannon géante, moi aussi je ne l’avais vue qu’au moment de partir, sur le chemin pour rentrer à la gare.

    Après, je ne comprends que trop ce stress de toujours vouloir/devoir trouver quelque chose à nous mettre sous la dent… Mais même tes actes manqués sont intéressants à lire car on suit les aventures de notre héros Ondori qui doit changer ses plans à cause d’une carte mémoire qui perd toutes les photos du jour, d’un musée qui est fermé, …😉

    Et pour le coup, rien que le resto de Sushi suffit à « rentabiliser » la journée… Et en parlant de rentabilité, ça m’intéresserait de connaître un peu les prix de ce resto ! ^^

    • Haha toi aussi t’as raté Kannon??
      Pour le stress, bon le mot est peut-être fort hein… mais quand même ouais, chaque fois que je vais quelque part, je me pose au moins la question de savoir s’il y aura de quoi faire un article. Et si la réponse est non, je fais en sorte d’aller d’abord à un endroit où la réponse sera oui. Mais c’est pas que pour vous, c’est aussi pour moi hein🙂 Mais j’avoue, ça me travaille pas mal.
      Le restau nous a coûté environ 10.000 yens pour 2 (80 euros). Tout ce qu’on a mangé est en photo ici donc pas lourd. Le site internet du restau est là si ça intéresse du monde.
      http://www.housyouzushi.co.jp/

  2. Hahaha! Pour la traduction, le traducteur n’a pas été payé pour la terminer!!!!!
    La vidéo est formidable et la musique m’est familière🙂 ! J’adore ゚)##)彡 Vraiment cool ta série à Kanazawa!
    Bonne nuit ✬

    • Mon commentaire a été amputé! J’avais aussi dit que ce petit musée est à visiter et que comme toujours, tu avais réussi parfaitement ta série humide et goûteuse. Merci Ondori de nous avoir emmenés avec vous, j’y ai pris grand plaisir!❤

      • Merci beaucoup Okasan!! Je suis très content d’avoir pu remplir mes pages de ces superbes souvenirs, et d’avoir réussi à diversifier les intérêts, y compris quand tout allait de travers comme ces deux derniers jours!!😀

  3. Je vais paraître bête mais… j’ai mixé l’établissement de sushi et sa réputation à Hong Kong… J’ai du raté une marche parce que je ne vois aucune association entre un sushiya et Hong Kong.
    Bon, on va dire que j’ai pas mis les pieds à Kanazawa…
    Merci pour la balade en tout cas.

    • hahaha, les touristes Hongkongaises sont le lien! Ma comparaison entre les prix (hauts) et la réputation fantastique fait référence ironiquement à ces 2 touristes sur-excitées qui quittaient le restaurant quand nous y sommes entrés la première fois😉

  4. Pourtant elle était assez grande pour la voir😄
    Ah ca fout les boules quand meme…
    Et ces sushi… Déjà on nous vante les enooormes différences que l’ont peut avoir entre ceux fait en France et ceux du Japon. Alors si toi, tu nous en vantes des sur puissants… Mais quel goût ca peut donner ?!? Rah, ça donne envie tout ça…
    Merci pour tous tes articles, j’adore venir par chez toi🙂

    • Merci tetoy! J’adore t’accueillir ici!
      Oui en fait la Kannon je l’ai remarqué lors du check-out de l’hôtel sur une affiche d’une trouve de danse qui donne un show nommé « Lady Kaga » (je ne plaisante pas… Kaga-onsen.. Lady Kaga…. hum… wooohooo…) bref je me suis demandé vu la qualité de l’affiche et de la troupe si ce n’était pas un montage ridicule. Mais du coup arrivé à la gare j’ai cherché au loin et… c’était là, sous mes yeux…. déçu déçu ^^
      Ces sushi n’avaient de commun avec des sushi français que le nom. Et même beaucoup de sushi ici au Japon n’ont pas la moitié de la puissance de ceux-là haha!🙂

      • Au final ça reste une journée que vous n’oublierez pas de si tot :p
        Et le prochain coup vous ferez ce show accrocheur😄

  5. Cette statue géante dorée… Depuis 2008, je passe ma vie à la voir en train et depuis 2008 je demande à ma femme ce que c’est et surtout d’y aller.
    À chaque fois la réponse a été évasive, à la jap., mais un jour, à force, j’ai eu un début d’explication sur le manque de volonté de ma femme (et sa famille pour y aller) : ce serait lié à une secte.

    Sinon, beau voyage à Ishikawa, ça fait plaisir que quelques personnes s’y « enfonce » un peu🙂

    • ooooh oui c’est ce qui est ressorti de nos recherches internet… mais super difficile de trouver des info…
      Merci pour ton commentaire et ta lecture ici! ça fait plaisir!

La parole est à toi! (profites-en!!) Si ton commentaire n’apparaît pas immédiatement, c'est qu'il attend sagement ma modération, ne t'inquiète pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s