Au Japon

La Poupée.

Salut salut! Aujourd’hui, on repart ENFIN en balade! Ouiiii je saiiiis je t’avais dit que je publierai l’article sur Hikone, puis finalement… bein non… après il a fait terriblement chaud dans ce pays, ce qui n’a pas encouragé l’exposition prolongée à l’air naturel pour rapporter des images. Mais allez, en dédommagement, voici une image extraite de cet article tombé dans l’oubli…

Alors j’aurais bien voulu te faire un article sur ma climatisation, mais j’ai eu peur de rapidement tourner en rond. Et puis bon, j’vais pas te mentir, j’ai manqué de partenaires de balade, tu sais combien j’aime partager mes découvertes en live, en plus de les partager au monde ensuite. Enfin pour être plus précis, plusieurs partenaires de balade (hum hum) se sont un peu succédé en quelques mois et pas une n’a vraiment mérité de t’être présentée… Mais ça, c’était avant.

IMG_0129

Enfin bref, la nouvelle copine de jeu (dont je vais te parler un peu plus en détail plus bas, ne sois pas impatient), aime conduire. Moi je ne conduis pas, ni ici ni en France, et en général, les filles que j’ai connues, même si elles avaient le permis, n’aimaient pas conduire. Faut dire qu’on vit très bien ici en transports en commun. Mais puisqu’on en a l’occasion maintenant, on va probablement louer une caisse de temps en temps pour t’emmener hors des sentiers ferrés.

IMG_0133

Le véhicule qui va nous servir aujourd’hui est une jolie Nissan Note hybride. Et avec tout ça, on t’emmène à Minoo, (qu’on ne sait jamais comment écrire… Minoh, Minô, Mino, tu trouveras de tout sur le net). Je t’y ai déjà traîné au moins une fois pour aller à la cascade, c’est une promenade devenue un classique dans ma vie. Dès que l’été approche, on va se mettre au frais là-bas. Mais cette fois, puisqu’on a la voiture, ce n’est pas à la cascade qu’on va, mais au Katsuô-ji (勝尾寺), un peu plus difficile d’accès en transports en commun.

IMG_0135

Après s’être acquittés du modique prix d’entrée (j’ai oublié combien c’était, désolé), le temple bouddhique se présente à nous. Il faut savoir qu’il s’agit du 23ème temple sur la route du pèlerinage de l’Ouest, qu’on appelle aussi Saigoku ou pèlerinage Kansai-Kannon qui comporte 33 étapes. Je ne perds pas de temps, et me mets au boulot, sur-excité que je suis d’avoir enfin de quoi publier ici.

21706671_1598744773515750_705624802_o

Car sache que si je te manque quand je ne publie pas pendant longtemps, la réciproque est vraie. Je suis d’ailleurs très content de l’accueil fait à mon tweet qui annonçait cet article. Ça fait toujours très chaud au cœur, et me voilà à genoux sur des bancs, ou dangereusement penché au dessus de l’abysse grouillante de monstres marins, tout ça pour te rapporter images, anecdotes…

21844031_1598745376849023_1048252201_o

Et gros bisous :

Tiens, puisqu’on est le nez dans les carpes, regarde donc celle-ci, démesurément grande. Je t’assure, les autres ne sont pas des miniatures, elles étaient même plutôt de belle maille.

Cela dit, ce ne sont pas des petits poissons que je voulais te montrer aujourd’hui, mais bel et bien ce temple pas comme les autres, alors on avance…

IMG_0143

« Pas comme les autres? Mouais, vu d’ici, c’est quand même pas très novateur, comparé aux centaines d’autres lieux sacrés que tu nous as présentés jusqu’ici coco! », te dis-tu peut-être… Hé bien je t’invite à regarder un peu plus en détail autour de toi…

IMG_0141

Et alors tu verras apparaître des légions de poupées Daruma, littéralement partout.

IMG_0144

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ce temple est fréquemment désigné sous l’appellation « le Temple des Daruma » par ceux qui ont oublié son nom. Ces petites poupées peuvent être achetées sur place, délivrent leur augure, et sont ensuite déposées n’importe où dans le temple par les visiteurs.

IMG_0139

IMG_0138

IMG_0136

IMG_0137

IMG_0147

Alors comme ça c’est tout mignon, et Daruma, en général est considéré comme un petit personnage tout kawaii… Mais c’est bien mal le connaître. Laisse moi te raconter un peu qui est Daruma et d’où vient sa forme de poupée ronde…

Daruma était un moine. Un vrai, un dur, un barbu. Aussi connu sous le nom de Bodhidharma, on lui attribue tout simplement la création du mouvement Zen. Ça pète. Il est très populaire grâce notamment à un ancien jeu d’adresse pour enfants appelé daruma otoshi (だるま落とし, abattre Daruma) formé de 7 pièces en bois : une tête avec l’effigie de l’homme barbu, 5 anneaux de couleurs empilés et un marteau. Le jeu consiste à enlever, de bas en haut, les anneaux en tapant dessus avec le marteau sans faire tomber les autres pièces. Le jeu est fini quand il ne reste plus que la tête.

Aujourd’hui encore, en japonais, on ne fait pas de « bonhomme de neige », mais des « Daruma de neige ». Puisqu’il était réel, bien des légendes émanent de ce moine célèbre. Il aurait par exemple coupé ses paupières après s’être endormi pendant la méditation. Plutôt couillu le barbu. Ça expliquerait ses yeux globuleux desquels il est affublé dans sa représentation la plus commune. On dit aussi que, toujours pendant la méditation (le gars était vraiment occupé…), ses bras et jambes se seraient tellement atrophiés qu’ils seraient tombés. Tu sais ce qui va t’arriver si tu restes trop sur Facebook. C’est ainsi qu’on le représente en poupées rondes, sans bras ni jambes. C’est moyennement mignon en fait…

Daruma symbolise clairement la détermination et la dévotion. Au Japon on croit que peindre les yeux d’une poupée Daruma (ou d’ailleurs de masques de dragon, de tigre etc…) leur donne vie. C’est donc la dernière chose qu’on fait. Dans cette idée, quand un nouveau projet débute, on peint un œil d’un Daruma, et lorsque le projet est réalisé, on peint le deuxième. Voilà pourquoi tu le verras très souvent avec un seul œil.

IMG_0146

Maintenant que tu en sais autant que moi, on va pouvoir passer le petit pont qui enjambe le bassin à l’entrée, et monter jusqu’à la pagode à 2 étages qu’on aperçoit non loin.

On remarque déjà que les plus hautes feuilles des arbres environnants roussissent de plaisir de voir l’été et ses chaleurs humides laisser la place à l’automne doux et frais. Mais on est encore loin de l’explosion de couleurs qui se prépare en coulisses.

On passe devant un jet d’eau qui se jette dans la clarté du ciel ensoleillé du jour. La température est plutôt haute, autour de 28 degrés, encore un peu d’humidité qui traîne, et les nuages vont et viennent, encore indécis de ce qu’ils devraient faire maintenant que le typhon de l’avant-veille a pris sa retraite.

On s’engage dans l’allée bordée de lanternes, envahies de Daruma, qui semblent nous guetter comme des petits sylvains des forêts de Princesse Mononoké. Charmant ou flippant, c’est au choix. Moi je trouve ça plutôt marrant, et surtout de voir où les gens ont décidé de les laisser.

On assiste à de véritables saynètes de vie, à croire que les poupées sont vivantes.

On a l’ado dans sa chambre à l’étage qui ne veut pas descendre mettre la table pour le dernier repas de la saison sur la terrasse…

On a le petit couple parti en montagne observer le lever de soleil au bord d’une falaise au dessus d’une mer de nuages…

On a même l’étranger qui essaye de se mêler à la société, mais qui, quoi qu’il fasse, ne peut pas se débarrasser complètement de ses différences. Celui là me rappelle quelqu’un…

Enfin on a celui qui saute de joie, car la vie est belle, même s’il risque de se casser une jambe à la chute, il est en mode « Fuck everything, I’m a jumping Daruma! »… et puis bon… ça va, il a pas de jambes de toute façon…

Après 10 bonnes minutes d’attente au pied des escaliers qui montent à la pagode pour avoir une image sans personne, on finit par y monter nous aussi, polluant probablement les photos des quelques autres visiteurs du jour moins patients que moi.

Bien entendu, où que l’on pose le regard, on trouve des Daruma.

Parfois habitées par d’autres organismes… A moins que celui-ci ait décidé de se laisser pousser les cheveux pour se rebeller contre la société Daruma, trop passive à son goût?

Evidemment, on trouve d’autres habitants ici, tu t’en doutes. De Bouddha à Kannon, en passant par ce superbe Fudo Myoo, les représentants religieux sont bien présents.

Mais ce ne sont pas les seuls à squatter les parages, et j’ai tôt fait de me mettre en quête des plus discrets…

Il faut dire que l’ensemble du site est bien servi en verdure, les érables sont littéralement partout, je comprends pourquoi ce temple est particulièrement plébiscité à l’automne… Mais moi j’aime beaucoup les tons de verts qu’offrent les arbres en cette période.

Même si quelque spécimens prennent de l’avance et se la pètent un peu en arborant des couleurs plus chaudes…

Et au milieu de tout ça, le rouge éclatant des Daruma ne cesse de ramener sa fraise. Jusqu’au point culminant de l’accumulation de la boulette barbue :

Un véritable placard à poupées, posé comme ça au bord du chemin… étrange mélange entre un autel sacré et un stand de tir à la carabine d’une fête foraine ayant pour thème une sous-marque de Noël…

Sans se laisser impressionner, nous continuons notre ascension vers la pagode, nous arrêtant ci et là pour un coin d’ombre, la fraîcheur d’une fontaine, un détail gravé…

D’autres maisonnettes divines jalonnent le chemin qui mène au bâtiment principal.

Inutile de te dire ce qu’on y trouve, je pense que t’as compris maintenant…

Le bâtiment principal est enfin devant nous, sobre, il trône sur un plateau qui surplombe l’ensemble du site. On s’approche un peu.

Derrière les poutres de toit, cachées du regard qui ne cherche pas, je découvre quelques vieilles photos de groupes encadrées.

Et en face de nous, les onigawara d’un même toit ne semblent pas être d’accord sur le temps qu’il fait.

On sent le typhon encore pas loin, et on passe d’un ciel couvert et orageux à un grand ciel bleu en l’espace de quelques minutes. Pas de quoi troubler nos amis rouges du jour, qui semblent s’êre donné rendez-vous ici en masse pour une manif.

Ils ont pris d’assaut les toits et on sent qu’il veulent en découdre. On ne s’attarde pas trop, car on préférerait éviter les tirs de lacrymo.

L’ambiance est d’ailleurs très particulière ici car sont diffusées par des hauts-parleurs disséminés dans tout le domaine, des prières et litanies rythmées de percussions. Juge par toi-même :

Nous on finit notre tour, en montant jusqu’à un dernier bâtiment…

Encore simple, il ne gâche certainement pas la vue, et en offre même une très agréable sur la vallée. Si j’en crois google maps, on a, là au fond, la jointure entre Ibaraki et Suita, deux communes de la banlieue nord d’Osaka.

Il est enfin temps de se diriger vers cette jolie petite pagode qui nous a fait de l’œil tout du long de notre ascension.

On montre souvent les pagodes à cinq étages, impressionnantes, il est vrai, mais honnêtement j’ai une tendresse particulière pour les petites. Celle-ci d’autant plus qu’elle abrite quelque chose que je prends pour une dédicace personnelle :

Et voilà, il est temps de redescendre tranquillement via ce petit chemin serpentant qui me rappelle un peu Lombard Street à San Fransisco…

Ouais bon j’ai dit « un peu »… Quoi qu’il en soit, on passe au milieu des fleurs, et particulièrement de mes préférées : les Lycoris rouges…

Ouiiii bon ça va article de malheur!!! T’as fini de me contredire à chaque photo??? J’ai dit ROUGE le Lycoris!!

Non mais ho! Allez, on boucle la boucle en redescendant au bassin de l’entrée, que je ne t’ai d’ailleurs pas vraiment montré tout à l’heure…

Et nous voici prêts à quitter l’endroit, alors que les nuages continuent leur balais d’indécision. Pour nous, c’est direction un café, histoire de se remettre de nos émotions, et reposer nos guibolles pour ne pas les perdre, comme notre ami Daruma.

Et puisqu’on est là, à attendre une table, et si toi aussi tu es encore là, je devrais peut-être en profiter pour te présenter la personne qui a eu l’idée de venir ici…

C’est une personne que tu vas être amené à côtoyer, alors autant t’habituer à son visage tout de suite :

Ouuups, non pardon, lui c’est le gagnant du concours des sourcils les plus longs du monde, qui était à la table derrière nous… Au temps pour moi…

Ah, c’est déjà mieux! Alors je te la fais simple pour le moment… Ici on l’appellera Tamahine, ou Tama pour les intimes, du nom des danseuses tahitiennes qu’on voit parfois sous forme de petites poupées. Pourquoi? Bein parce qu’elle est  prof de danse tahitienne, danse très populaire ici au Japon. Comme elle est Japonaise elle a aussi un autre travail, elle est coiffeuse (là aussi elle enseigne, notamment ce qui est extensions de cils, très populaires ici aussi…)

Elle est toujours souriante, toute petite, généreuse et hyper-active. Elle n’aime pas se maquiller trop, les gens qui n’expriment pas leur pensée, les chemins tout tracés, ou les élèves qui ne se donnent pas à fond. Elle aime Tahiti, où elle va souvent (attends-toi à ce que je t’y emmène un de ces quatre), découvrir des trucs, rigoler, et danser par dessus tout. Voilà pour la présentation succincte. On entame donc notre aventure commune, comme on peint un œil à son Daruma, ouvrant un chapitre ou un projet… Reste à voir si nous irons jusqu’à peindre un deuxième œil.

En attendant de voir ça, il ne me reste plus qu’à te remercier une fois encore de ta patience, de ta lecture, et te dire à la prochaine balade.

 

Publicités

28 comments on “La Poupée.

  1. Anonyme

    Et voilà ! C’est encore l’effet « Astérix »; on attend toujours le prochain avec impatience. Ces poupées me font un peu penser à la famille Barbapapa. Tiens, en parlant de papa, il a toujours la même jalousie que l’élève ait dépassé le maître en matière d’observation et de photo, mais en même temps (expression à la mode en France) la fierté prend le dessus.
    Encore une belle balade. Merci fiston.

    • Haha merci p’pa! Ça c’est sûr qu’en terme de photos, d’observation etc, j’ai eu de quoi prendre exemple tout au long de nos voyages en famille! Content que ça te plaise! 🙂
      Bises!

  2. J’ai ouvert ton article en premier sur twitter, sur le tel, à la maison et après un long chargement.. ça a planté : Y’a pas à dire, c’est le plus beau des retours possible !! :p

    Article très sympa à lire et bon angle photos comme d’hab 😉

    Bon courage pour le 2ème oeil et va falloir se mettre à la danse ou aux extensions des cils, au choix :p

    • Haha désolé ^^
      Pour les cils, j’ai déjà des cils naturellement excessivement longs pour un homme… ce qui a le don d’agacer la miss et de la rendre jalouse héhéhé
      Pour la danse, je m’en voudrait de faire de l’ombre aux danseurs… avec mon corps gracile et souple… hum hum…

      Merci beaucoup de ta lecture en tout cas! 🙂

  3. Joli article magnifiquement illustré comme d’habitude.
    Je voulais y aller cet ete mais manque de temps… Une autre fois certainement, ton article m’a mis l’eau à la bouche.

    • Merci François! Oui franchement c’est très sympa! En plus il n’y avait pas trop de monde donc c’était vraiment agréable. J’aimerais le tenter à l’automne, mais là je sens que ce ne sera pas la même ambiance… A voir!

  4. Super article Ludo, tes photos sont magnifiques ! On avait adoré ce temple aussi mais c’est vrai que c’était tout une aventure d’y aller en transports en commun depuis Kyoto. J’aimerais bien y retourner en automne !
    Bises, Laura.

    • Merci Laura, ouais en transports j’aurais même pas essayé je crois ^^ Si tu veux y aller cet automne tiens moi au jus, ça pourrait m’intéresser… Des bises!!

  5. Lao ~ ローラン

    Quel plaisir de te lire à nouveau! Je te souhaite de peindre ce deuxième œil.:)
    Vivement la prochaine ballade.

  6. Hello,

    Toujours aussi cool de lire (et voir) tes aventures ! Et j’adore tes photos de gouttières de temples 🙂

    • Hey merci! J’aime ça les toitures, les charpentes etc… Je ne me lasse pas de les regarder alors ravi de ne pas être le seul 😉

  7. Nuitori

    C’est un retour éclatant. Je suis ravie de pouvoir à nouveau te suivre dans tes belles promenades. L’article est vraiment très agréable à lire.Merci de partager tes sublimes photos.
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur ;).

  8. Bonjour Ondori! Merci pour cette merveilleuse série.

    Eh bien, tu ne l’aurais pas dit, j’allais te demander si ton Daruma-sama avait trouvé son deuxième oeil (^_<) Mais c'est vrai, un oeil, ça se mérite. Et comme tu es quelqu'un de très, très patient, (grâce à la pratique de la photo, hehe …), il finira bien par trouver son deuxième oeil et se poser tranquillement parmi tous ses copains rouges tout là haut, pas loin du coq!

    Nous devons être nombreux à avoir piqué une crise de rire en te lisant. Ça fait plaisir! J'ai particulièrement aimé celle du Daruma bleu !!!! "Be different or be yourself", surtout au Japon! Je parle des étrangers, hein? Nous avons cette chance là de pouvoir "sortir du moule". On ne nous tiendra pas rigueur.

    • Haha oui le daruma bleu m’a vraiment fait pensé à moi, évidemment!
      Pour le deuxième œil, j’ai bon espoir qu’il se dessine… Notre petite route n’a commencé qu’il y a 2 mois, mais je dois dire que la demoiselle a de quoi marquer des points, ne serait-ce que parce qu’elle arrive à me supporter, et crois moi, même si ça ne transparaît pas dans mes écrits, c’est loin d’être facile au quotidien 🙂

      Quoi qu’il en soit, jusqu’ici tout va bien, on va faire en sorte de continuer. En plus j’ai besoin de la voiture pour pousser mes balades plus loin niarc niarc!! :p

  9. Youhouuuuu un nouvel article °O°//
    J’ai l’impression que tu t’améliores de plus en plus et c’est tant mieux. Quel plaisir de te lire et d’apprécier tes photos ❤
    Hâte d'en découvrir encore plus car je ne m'en lasse pas 😉

    • Merci Kynette! Je ne sais pas si je m’améliore, pour les photos certains jours et lieux sont juste plus inspirants que d’autres ^^
      Merci beaucoup en tout cas!

  10. Michellou

    Merci pour ton article Poupée, j’ai juste envie de chanter « Daruma san, daruma San, ni la meko chi macho…. » apprise avec Noa mon petit fils de Aoba ku… bravo pour nous avoir emmené en balade, toujours superbes tes photos, et Bravooooo et félicitations pour nous avoir présentée ton Amie ! Vive la future peinture du 2 e œil. Matané 👍👀💞

    • Haha merci Michellou! je ne connais pas cette chanson, il va falloir que je me renseigne 🙂
      Matané! 😉

  11. N’empêche ça tire bien la gueule par là bas. Pas d’bras, pas d’sourire ?
    Bien sympathique cette balade. Je vous aurais bien accompagné !
    Bon et puis et puis… Tahiti… Si tu y va, j’ai une bonne partie de la famille là bas. Donc un tonton tatoueur. Et pas mal qui font (ou ont fait) de la danse.
    Très jolie compagne que tu as là. Elle a l’air top !

    • oooh cool pour la famille!! J’leur ferai volontiers une bise de ta part si j’y passe héhé 🙂
      Oui comme je l’explique, Daruma est quand même loin du joyeux luron, même si on lui prête un côté enfantin et mignon de nos jours… 😉

  12. Nakasone Amandine

    Bonjour Mr le coq !
    Lectrice de longue date, je n’ai jamais commente et j’en suis desolee.

    Je souhaiterai vous parler en privee si c’est possible. (pour l’utilisation de vos photos)

    • Salut Amandine, merci pour ton premier message et tes anciennes lectures!!
      Je te contacte par mail 😉

  13. L’attente en valait la peine, super article comme toujours ! J’avais tellement eu envie de faire cet endroit quand j’étais à Ôsaka, mais un peu difficile d’accès… En plus des Daruma, l’enceinte du temple a l’air vraiment très agréable avec plein de choses différentes à voir, ça donne vraiment envie. Ça devait être vraiment sympa de chasser tous ces Daruma pendant la promenade pour les prendre en photo…

    • Merci beaucoup! Oui la découverte de toujours plus de petits daruma dans tous les recoins est vraiment amusante je dois dire 🙂
      C’est difficile d’accès mais c’est faisable quand même en transports en commun, si jamais t’es motivée la prochaine fois 😉

  14. Magnifique !!! Et super instructif ! J’aimais déjà beaucoup les daruma mais maintenant que je connais leur histoire je les aime d’autant plus 😊
    Avec toutes ces superbes photos j’ai vraiment hâte d’y aller moi-même, le voir de mes yeux-vus ! J’espère juste que ce n’est pas si compliqué d’y aller en transport en commun haha. Très bel article.

    • Merci beaucoup! Je n’ai jamais regardé le détail du trajet en transports en commun mais on m’a dit que c’est un peu long… mais faisable.
      Daruma est effectivement un personnage que j’aime aussi beaucoup!

La parole est à toi! (profites-en!!) Si ton commentaire n’apparaît pas immédiatement, c'est qu'il attend sagement ma modération, ne t'inquiète pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :