Au Japon

Le coup de feu.

Salut à toi et hauts les cœurs, il est temps d’un coup de feu qui sonne le départ d’une série d’articles que je désignerai simplement comme « La Saga Parentale 2017 ». Mes efficaces parents effectuent en effet leur 3ème virée nippone, accompagnés cette fois de ma tante, qui elle, campe vaillamment une position de nouvelle exploratrice. Elle ne souhaite donc pas rester plantée comme un piquet, et pour ne pas qu’on soit serrés comme des sardines, j’ai mis tout ce beau monde dans un appart’hôtel, ce qui est mieux que le camping.

IMG_0341

3 semaines de séjour, et malgré le fait que je travaille pendant cette période, on aménage les emplois du temps au mieux pour organiser quelques visites sympa, qui contentent les aguerris comme la plus novice. Notre première étape qui mérite quelques photos sera donc Nara, qu’on ne présente plus.

IMG_0343

Ce n’est pas la première fois que je t’y emmène, on y est allés, par exemple, ce jour d’automne-là notamment pour le Hôryû-ji (visité également au printemps), mais aussi à Naramachi plus récemment, pour découvrir l’art dans la ville, etc…

IMG_0344

Bien entendu aujourd’hui, nous allons faire un saut au plus grand des classiques (dans tous les sens du terme), mais nous allons aussi pousser la porte de quelques lieux célèbres pour lesquels je n’avais pas encore libéré de temps. De la découverte pour tout le monde en somme, que demander de plus?

IMG_0347

Nous voilà donc dans l’allée qui mène au Todai-ji, monstre sacré dont je ne me lasse pas du spectacle. Il y a un peu de monde, tu t’en doutes, la période est particulièrement propice au tourisme, et j’avance un peu plus rapidement que d’habitude, lassé des cerfs (et de devoir expliquer que ce ne sont pas des daims), tu auras toutes les photos que tu veux de ces derniers dans les articles précédents.

IMG_0348

On jette toujours un coup d’œil aux copains, Chapi Chapo, les poutres des charpentes, le petit torii sur son île… Pas de doute, on est comme dans ses pantoufles.

IMG_0354

Ah! Tiens? Une nouveauté!

IMG_0355

Voilà un fléau tout récent, j’ai entendu dire qu’à Himeji aussi ils sont dronement embêtés, et qu’on en retrouve échoués dans les fossés. Bon moi, je n’ai pas besoin de drone, ce qui m’intéresse est toujours à portée de regard et souvent là où personne ne regarde, comme la simple texture de cette vieille porte.

IMG_0356

On découvre ensuite le géant, et l’effet époustouflant ne s’essouffle pas. La plus grande structure en bois du monde est bel et bien un « must see ». Imposant, irréel, irrationnel,  presque ridicule de démesure, c’est un plaisir de se laisser prendre de haut par ce colosse témoin du passé.

IMG_0357

Et plus on s’approche, plus on se sent petit, plus on l’aime. Comme un grand-père réconfortant qui nous attend les bras ouverts, des bonbons pleins les poches, on sait en arrivant près de lui que de bonnes choses vont s’offrir à nous.

Et si tu as une image mentale dérangeante suite à cette métaphore, sache que tu es le problème! Moi je n’ai à offrir qu’une poésie innocente inspirée par l’amour… hum…

IMG_0358

IMG_0360

IMG_0362

IMG_0364

IMG_0365

Si la dernière fois je me suis arrêté sur les cheveux en forme de chocolats du Bouddha de 15 mètres, cette fois, ce sont ses narines qui m’intéressent.

IMG_0366

Bien rondes, leur taille est importante car plus loin, une poutre percée d’un trou de même diamètre, offre le bonheur éternel ou quelque chose du genre à toute personne qui parvient à s’y faufiler… Les enfants sont les plus enclins à réussir, évidemment.

IMG_0382

Les ongles divins sont aussi intéressants je trouve, car parfaitement manucurés.

IMG_0387

Je saute de détail en détail, de statue en statue, et me retrouve déjà face à un des deux guerriers en arrière salle qui me rappelle étrangement l’inspecteur Navarro…

IMG_0369

Là encore, des détails d’ouvrage simplement passionnants. On pourrait y promener son œil aussi longtemps qu’un randonneur qui chercherait à atteindre un sommet inaccessible pour une vue chimérique. C’est son parcours qui fera la beauté de son voyage, alors il ne faut pas se priver de prendre son temps.

IMG_0367

Regarde, observe les pièces de bois raccommodées, les nervures, les coupes. Elles sont les traces laissées par les gestes des artisans dans l’Histoire. Ça mérite mieux qu’un rapide coup d’œil.

IMG_0368

IMG_0370

De l’autre côté de la pièce se trouve le compère, à la position Jacksonnienne. Peut-être se demande-t-il si Annie est OK, ou si elle a été frappée par un tueur élégant…

IMG_0373b

Si tu ne vois pas de quoi je parle, il est temps de travailler ta culture musicale… 

IMG_0375

IMG_0376

Et ainsi de suite, l’intérieur du temple est peuplé de bien des divins, et leurs visages, leurs  peaux, leurs secrets, attirent toujours autant mon regard…

IMG_0385

IMG_0384

IMG_0383

Et pendant que j’y suis, je lâche la bride à l’appareil, qui va aller butiner ici de la paille de riz, là un mur écorché, plus loin un ornement de poutre perdu dans le gigantisme de l’endroit.

IMG_0386

IMG_0388

IMG_0390

Puis il est déjà l’heure de regagner l’extérieur, le programme est encore chargé, et le soleil, comme tu le sais, prend sa retraite particulièrement tôt au Japon.

IMG_0392

Derniers coups d’œil en arrière…

IMG_0395

IMG_0397

… Et on passe à la suite du menu, une paire de jardins voisins. Les feuilles qui nous accompagnent ont déjà pris un coup de soleil, mais cela reste subtil.

IMG_0580

IMG_0401

Première escale au Yoshiki-en, un petit jardin qui vit dans l’ombre de son voisin qu’on va voir tout à l’heure. Sa spécificité est de proposer 3 types de jardins différents, et surtout d’être gratuit pour les étrangers! (sur présentation de son passeport, mais ça marche aussi pour les résidents, je n’ai rien payé)

IMG_0402

L’ensemble du premier espace semble un peu désordonné et chargé, mais charmant dans la lumière de fin d’après midi, pas très flatteuse à l’objectif, malheureusement…

IMG_0406

Les arbres de toutes sortes ressemblent à des pinceaux dont on aurait trempé la pointe dans le pigment. Encore éparses, les rougeurs sont tout de même belles à voir…

IMG_0409

Comme les joues trop fardées d’une adolescente qui découvre l’art subtil du maquillage.

IMG_0410

IMG_0412

On passe ensuite dans le deuxième jardin, aux tapis de mousses et à la maison de thé au toit de chaume.

IMG_0430

On en fait un tour rapide :

IMG_0421

IMG_0427

IMG_0428

IMG_0433

Puis on passe au dernier espace dédié à des allées de fleurs, et dont les graviers se font gratter le cuir par des ouvrier à l’ouvrage.

IMG_0435

IMG_0437

Et outre les petits tas de feuilles qui jonchent le sol tels des points de repères d’un Grand Poucet, mon œil est attiré par un intrus…

IMG_0439

Le vois-tu ci-dessus? Non? Je m’approche…

IMG_0442

Le voilà ce cher petit papillon, toujours dans un coin de mon blog, à ce que je vois, cela fait plaisir d’avoir plusieurs « Okasan » qui veillent…

IMG_0462

Nous finissons notre tour à l’ombre d’un chemin boisé de troncs si vieux qu’il leur faut arborer de nombreuses lentilles au contact, et nous nous dirigeons vers le jardin star voisin, le Isui-en, dont l’entrée, non contente de ne pas être gratuite, est à 950 Yens, une somme rondelette, mais qui garantit également l’entrée au musée ci-dessous…

IMG_0467

Mais avant ça, on entre dans le vif du jardin :

IMG_0469

IMG_0470

IMG_0473

Celui-là est réputé pour ses choix architecturaux, qui incluent dans son harmonie la ligne montagneuse en dehors du jardin lui-même.

IMG_0474

Effectivement c’est très joli, et on fait lentement le tour de ce premier bassin…

IMG_0476

IMG_0483

IMG_0486

Puis un petit chemin assure la transition vers le bassin suivant, qui calmerait une rage de dent!

IMG_0494b

IMG_0500

Vite! Vite! Trop d’éblouissement, trop de beauté en vue d’ensemble, j’ai besoin de plonger mon regard dans un truc inutilement mignon!

IMG_0501

Ces feuilles en forme de mandarines feront bien l’affaire! Je suis maintenant un sentier qui m’emmène toujours plus loin, au delà de ce que je croyais être la limite du lieu… J’ai laissé la familia partir devant à son rythme et je me sens seul au monde, invité vers l’inconnu…

IMG_0503

IMG_0504

Je débarque sur une colline comme un îlot aux plages d’érables rouge bordant cet océan de ciel bleu reflété sur les eaux.

IMG_0505

On imaginerait presque des familles Robinson du Soleil Levant déambulant entre les rochers frappés par le rouge du couchant.

IMG_0510

IMG_0512

Mais ces décors de rivages ne sont qu’un mirage, alors à défaut de baie, on photographie des baies.

IMG_0513

Non loin, on entend le cliquetis d’un moulin à eau qui tourne en rond, ce jardin a-t-il une quantité illimité de détails et recoins à offrir?

IMG_0514

Il semble que non, alors pour la route, on prend encore 3 morceaux en photos, comme on prendrait 3 petits bonbons à la caisse du magasin de parfums, en espérant que personne n’ait vu, sinon il va falloir se justifier en disant que c’est pour les enfants, les copains, ou les bonnes œuvres… Moi ça va, c’est pour mes lecteurs, on me pardonne de traîner en arrière…

IMG_0516

IMG_0517

IMG_0518

On passe par le musée, qui rassemble des sceaux de familles chinoises anciennes et fortunées. Intéressant mais clairement pas suffisant pour justifier le prix d’entrée selon moi, mais bon, le jardin vaut quand même vraiment le coup d’œil, au diable l’avarice (et la varice aussi tant qu’on y est, alors on presse le pas et on marche encore quelques bornes jusqu’à notre dernière étape du jour…)

PAN! PAN! *hein? C’est quoi ce bruit?*

IMG_0524

Et celui-là? c’est un daim?
– Maiiiis euuuuh tout le monde dit des daims, moi je fais qu…
– Tu te tais! Je ne veux pas l’savoir! Tu files dans ta chambre! Bonsoir!
– Mais j’te ju…
– Tsssst! Chut! J’ai dit « bonsoir! »

IMG_0525

Le dernier tronçon de notre escapade sera dédié à un autre grand classique de Nara, lieu où je n’étais allé qu’une fois, en 2009, et je n’avais même pas passé les portes du sanctuaire… L’occasion de se rattraper, sous le regard de marbre de ce grand cerf qui sert de chôzubachi.

IMG_0526

IMG_0527

« Excusez-moi de vous déranger pendant votre écriture d’article monsieur le Coq, mais j’ai perdu ma maman, je suis seul et triste dans cette forêt de lanternes de pierres! En plus, j’entends des milliers de voix qui me traitent de daim, et ça me saoule vraiment trop! Je suis un cerf sika bordel, un cervus nippon, c’est pas compliqué à imprimer si?

– Aaaww… Désolé petit faon, je ne peux rien faire, le monde est trop vaste et les gens sont bouchés à l’émeri! Par contre j’ai vu ta mère tout à l’heure chercher à manger dans la neige, et je crois bien qu’elle ne pourra plus jamais être près de toi, c’est ce que m’a dit le grand cerf à l’entrée. Allez, salut! »

IMG_0535

Revenons à nos moutons, au moins eux on ne les traite pas de chèvres. Et je voulais partager avec toi un moment de frustration photographique. Ce moment où tu as un cadre que tu adores, une dynamique parfaite avec l’animal devant toi, et que tu as, dans la précipitation et l’excitation de la recherche du cliché parfait, oublié de faire la mise au point.

Je suis tristesse.

IMG_0537

Bref, nous sommes donc à Kasuga-taisha sanctuaire réputé pour ses milliers de lanternes. Celles en pierres qui jalonnent le chemin qui nous mène ici, mais aussi et surtout celles disposées à l’intérieur… Et puisque je ne suis jamais entré, il est temps d’aller éclairer la mienne, de lanterne.IMG_0539

Beau spécimen arboricole à l’âge indécent. On monte.

IMG_0540

IMG_0542

Voilà une lanterne que j’ai d’abord prise pour un hommage à la capitale française, avant de remarquer qu’il était écrit « Tokyo » sur le côté. Il s’agit donc là de la fameuse Tour Carotte, et non Eiffel… Tant pis.

IMG_0543

IMG_0545

L’ensemble du parcours est donc peuplé de lanternes suspendues, vieilles, neuves… Mais on peut aussi découvrir en levant un peu les yeux quelques tissus finement ouvragés.

IMG_0550

IMG_0551

Puis on entre dans un hall d’où on a chassé toute lumière pour plonger les ferronneries dans l’obscurité et ainsi les mettre en valeur. Pas facile pour les photos, ni pour se déplacer sans écrabouiller quelques orteils coréens, mais on fait ce qu’on peut…

IMG_0566

IMG_0567

IMG_0568

IMG_0570

Et quand on ressort du corridor noir, on ne peut qu’être éblouis par la lumière solaire qui frotte gentiment le métal creusé des luminaires exposés.

IMG_0576

IMG_0578

Puis on regagne l’extérieur du sanctuaire, pour retrouver les lanternes telluriques et moussues éclairées seulement par le feu des derniers rayons du soleil qui percent les branchages de la forêt où s’est installée la fraîcheur.

IMG_0581

IMG_0582

Les fils des toiles d’araignées sont ici luisants comme la ligne d’un pêcheur à la mouche dansant au dessus de la rivière qui coule au milieu d’une affiche de film de Robert Redford.

IMG_0583

IMG_0584

IMG_0586

Il ne nous reste plus qu’à retourner la gare, et si possible à grand train, de façon à ce que, comme presque toujours lorsque je viens à Nara, ce soit le coucher de soleil que je contemple en contrebas, qui teinte les dernières images de ma journée. Coup de feu à la rétine qui brûlera désormais à chaque lecture d’article.

IMG_0596

IMG_0598

A très bientôt pour la suite de La Saga Parentale 2017. Prochaine étape : la campagne profonde. J’ai déjà hâte de t’y emmener!

Publicités

15 comments on “Le coup de feu.

  1. Ah! Ondori 😊 Tu excelles dans l’art de l’observation, dont le résultat est visible dans une multitude de détails tellement beaux! Tu prends le temps et ce n’est pas cher payé, n’est-ce-pas? Hahaha ^^ Le papillon jaune sur les feuilles d’automne! Joli clin d’oeil! Nous sommes gâtés encore une fois. Mille mercis et profite bien des kōyō.

  2. C’est le premier article que je lis de toi et je suis fascinée par la façon dont tu sublimes les détails.
    Et ça me fait penser qu’un jour il faut vraiment que j’aille à Nara.
    Très bel article, très agréable à lire, à regarder (et je pense à re-regarder !)

    • Merci beaucoup Mari!! Bienvenue sur ces pages alors, une Dauphinoise de plus dans la place 🙂 Tchoukar!

  3. Nuitori

    Comme toujours, un article vraiment très savoureux à lire et à admirer.
    Grâce à cet article, j’ai enfin pu voir les lanternes à l’intérieur du Kasuga-taisha. Je l’ai visité deux fois et à chaque fois, l’accès au hall était interdit. D’après les photos, l’ambiance semble impressionnante et mystérieuse.
    Merci beaucoup pour le partage de tes photos et pour le temps consacré à la rédaction du billet.

  4. Mais ça s’appelle des Bambi !!!!
    Aaaaah ça fait plaisir de lire un article frais, sans prise de tête. En prendre pleins les yeux. Chercher les détails parmi tes détails. Trop cool !

  5. Cool, enfin des photos de DAIMS ! 😀
    Très belle mise en avant de Nara, ça change de d’habitude et tes détails sont toujours plaisir à l’oeil 🙂

  6. LoveKimu

    J’avais tellement adoré cette ville… et cette sensation de « Wow » quand on passe la porte du Tôdai-ji pour se retrouver nez à nez avec le Bouddha….
    Les photos sont sublimes comme d’habitude, j’adore tous les détails… elles me donnent tellement envie d’y retourner et de profiter des jardins que je n’avais pas pu faire. Merci pour ce bon moment !

    • Merci à toi! Ouais il faut bien avouer que ces grands classiques méritent leur renommée. Content d’avoir pu te ramener là-bas un instant 🙂

  7. Coucouuuuuuu 🙂

    Désolée pour le retard >__< mais me voici prête à lire cet article !! Bon que j'ai déjà lu hein si je commente ^^'
    Donc bon, que dire ?! J'ai pas envie de me répéter mais c'est tellement magnifique tes photos *_*
    Ho pour une fois, j'ai pas eu l'esprit mal tourné pour le papy 😀 mais heureusement je connais mes classiques donc pour Annie, c'est ok pour moi lol (humour du jour bonj…ha non mince il est tard … donc heu … bref)

    Vivement le 23 mars 2018 !! Ça se rapproche à grands pas !!! J'a envie de faire plein de photos moi aussi !!

    PS : question ? j'hésite dans le choix des objectifs à emmener. J'avoue pas envie de prendre tout l'attirail …
    J'ai le 16-35mm le 50mm le 100mm et le 75-300mm … tu prendrais quoi toi ?? :/ Le choix est dur …
    Si tu veux en discuter sur FB ou mail, pas de soucis, pas envie de pourrir tes commentaires :p

    • aucun soucis! Le choix est dur effectivement, moi je prendrais tout l’attirail, je sacrifierais le confort pour la qualité. Mais c’est un choix que je remets de plus en plus en question et je me tate vraiment beaucoup à investir dans un objo fourre-tout, je suis sûr qu’une fois franchi le cap je trouverai que la différence de qualité est plus faible que la différence de praticité.

      Donc là c’est vraiment selon tes envies ou tes plans de visites. Si tu vas bouger un max, le 75-300 est surement agréable. Mais il va te manquer du confort en intérieur… donc le 16-35 s’impose. Après pour combler le trou, soit tu pousses avec le 50… mais du coup t’as déjà tout l’attirail LOL…. bon… ouais… je t’aide bien hein? 🙂 🙂 🙂

      • Mdrrr tu m’aiiiiiiiides pas !!!
        Je suis pareille … dois-je sacrifier le confort à la qualité ?! xD
        Je me tâte aussi pour un fourre-tout mais bon au final, je prends quasi peu de photos donc me dit que ça vaut pas le coup … Vais rester sur le 16-35 ça c’est sûr … et peut être le 75-300 …
        Dur dur 😀

La parole est à toi! (profites-en!!) Si ton commentaire n’apparaît pas immédiatement, c'est qu'il attend sagement ma modération, ne t'inquiète pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :